Bazar littéraire #8 : Melange total des genres !

Bonjour à tous !

Je reviens pour un Bazar Littéraire ! Et cette fois-ci, je viens vous parler de plein de genres différents ! Que ce soit de la SF, du roman historique, du contemporain, du thriller ou de la fantasy, il y a de tout ! Et pour mes appréciations, c’est la même chose, cela va de la grosse déception aux coups de coeur. Laissez-moi vous présenter tout ça.

Nightflyers : Le Volcryn de G. R. R. Martin

Résumé : Les légendes parlent d’une race d’extraterrestres fabuleuse parcourant lentement l’espace, aux manettes de gigantesques vaisseaux à l’apparence de cités d’ombre…
Moi, Karoly d’Branin, je leur ai voué ma vie, et mes inlassables recherches m’ont enfin permis de les localiser. Avec mon équipe, nous avons embarqué à bord de l’Armageddon, vaisseau du commandant Royd Eris. Et dans peu de temps, les volcryns seront enfin à notre portée.
Mais en attendant, l’ambiance est de plus en plus pesante entre nous… Royd Eris refuse d’apparaître physiquement, préférant user d’hologrammes et de communicateurs muraux … Et Thale Lasamer, notre télépathe, fait état d’une menace sourde et mystérieuse…
Peu importe ! Mes volcryns sont tout proches, et je ne les laisserai pas filer !

Mon avis : J’ai écouté cet audiobook il y a déjà un moment, mais je m’en souviens très bien, alors même que je ne l’ai pas vraiment apprécié. Il est court, mais presque trop long pour son contenu. C’est mon chéri qui l’a choisi parce que j’avais tellement adoré Le trône de fer et que j’étais triste d’avoir terminé. Et le changement est gigantesque ! Déjà, c’est de la science-fiction, et l’auteur nous propose un huis-clos dans l’espace. Malheureusement, je n’ai pas du tout apprécié les personnages, mais en plus de cela, je n’ai pas non plus apprécié la voix du narrateur. Je la trouvais trop rauque à mon goût, et il ne manquait pas de donner un air puéril et bête aux femmes. Forcément, ça n’allait pas passer chez moi ! En soi, l’histoire confirme pourtant le respect que témoigne Martin à la gente féminine, puisqu’il y a la parité à bord du vaisseau, une grande liberté sexuelle sans jugement mais surtout une intelligence équivalente entre tous les passagers, peu importe leur sexe. Bref, l’histoire, malgré ses longueurs où il ne se passe pas grand chose et où les personnages sont lourds, reste relativement intéressante, et le développement est intrigant aussi. Mais je suis quand même déçue par l’ensemble et surtout la fin.

L’amie prodigieuse T.1 d’Elena Ferrante

Résumé : Naples, fin des années cinquante. Deux amies, Elena et Lila, vivent dans un quartier défavorisé de la ville, leurs familles sont pauvres et, bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise. Lila, la surdouée, abandonne rapidement l’école pour travailler avec son père et son frère dans leur échoppe de cordonnier. En revanche, Elena est soutenue par son institutrice, qui pousse ses parents à l’envoyer au collège puis, plus tard, au lycée, comme les enfants des Carracci et des Sarratore, des familles plus aisées qui peuvent se le permettre.
Durant cette période, les deux jeunes filles se transforment physiquement et psychologiquement, s’entraident ou s’en prennent l’une à l’autre. Leurs chemins parfois se croisent et d’autres fois s’écartent, avec pour toile de fond une Naples sombre mais en ébullition, violente et dure. Des chemins qui les conduiront, après le passage par l’adolescence, à l’aube de l’âge adulte, non sans ruptures ni souffrances.
Formidable voyage dans Naples et dans l’Italie du boom économique, L’amie prodigieuse trace le portrait de deux héroïnes inoubliables, qu’Elena Ferrante traque avec passion et tendresse jusqu’au plus profond de leur âme.

Mon avis : Encore un audiobook que j’ai écouté il y a un moment déjà. De nombreuses personnes me l’avaient conseillé, notamment Carnet Parisien et Ma toute petite culture. Malheureusement, la magie n’a pas opéré chez moi. Mélusine disait que c’était peut-être le format qui n’est pas adéquat pour cette histoire. C’est possible, puisque je l’ai carrément mis en pause durant plusieurs mois parce que je m’ennuyais trop profondément. Le gros bémol, et je pense que cela aurait aussi été le cas en papier, était que l’amitié entre Lena et Lila m’agaçait au plus haut point. Elles sont tout le temps en compétition, et Lena manque cruellement de personnalité. Cela me donnait envie de la secouer. Je me suis forcée à terminer, un petit bout à la fois, et même si la fin de ce premier tome était un peu plus intéressante, cela n’a pas suffit à me motiver pour écouter la suite. Dommage !

Sisters de Michelle Adams

Résumé : Irini n’avait que trois ans lorsqu’elle a été abandonnée par ses parents. Sa sœur, elle, est restée. Ils lui ont préféré cette sœur tyrannique, destructrice et méchante. Vingt ans ont passé. Une nuit, Irini reçoit un coup de téléphone de cette sœur qu’elle n’a pas revue depuis si longtemps. Eleanor lui apprend que leur mère vient de mourir, et la presse de revenir dans la maison familiale, en Ecosse, pour l’enterrement. En acceptant de renouer avec sa famille au-delà de la mort, Irini ne se doutait pas qu’elle réveillerait des fantômes bien plus traumatisants que ceux contre lesquels elle se bat depuis toujours. Elle pensait que ses parents ne voulaient plus d’elle. Et si la vérité était plus horrible encore ?

Mon avis : Encore un audiobook qui était très mal partie et que j’ai du mettre en pause. Là aussi, les personnages me rendaient dingue ! Irène, notamment, passe son temps à mentir. Pourquoi ? C’est la grande question ! Elle est la narratrice, et même si j’ai adoré la voix de Manon Jomain, le cheminement des pensées de la jeune femme me faisait halluciner. Elle passe son temps a s’appitoyer sur son sort, pour commencer, plutôt que de se bouger les fesses pour résoudre les soucis qui se posent à elle. Elle tergiverse tout le temps, se trouve des excuses, et la fin…. Franchement, j’ai l’impression d’avoir perdue mon temps ! J’exagère un peu, parce que les 2 dernières heures, j’étais scotchée à mes écouteurs tant c’était devenu passionnant. Mais cela n’a rendu la fin que plus amère. Cela dit, je ne doute pas qu’elle saura plaire à de nombreuses personnes !

Changer l’eau des fleurs de Valérie Perrin

Résumé : Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu’elle leur offre. Son quotidien est rythmé par leurs confidences. Un jour, parce qu’un homme et une femme ont décidé de reposer ensemble dans son carré de terre, tout bascule. Des liens qui unissent vivants et morts sont exhumés, et certaines âmes que l’on croyait noires, se révèlent lumineuses.
Après l’émotion et le succès des Oubliés du dimanche, Valérie Perrin nous fait partager l’histoire intense d’une femme qui, malgré les épreuves, croit obstinément au bonheur. Avec ce talent si rare de rendre l’ordinaire exceptionnel, Valérie Perrin crée autour de cette fée du quotidien un monde plein de poésie et d’humanité.

Mon avis : On peut enfin passer aux coups de coeur ! J’avais déjà adoré Les oubliés du dimanche, et je suis bien incapable de dire lequel des deux romans je préfère. J’ai tellement aimé Violette, qui sous ses airs de jeune mamie (alors qu’elle n’est pas vieille du tout) pétille de vie et d’amour à partager. Elle est garde-cimetière après avoir été garde-barrière, deux métiers qu’on a tendance à oublier, alors qu’ils étaient ou sont encore importants pour de nombreuses personnes. La généalogiste en moi à vraiment apprécié le cadre du cimetière, qui pourrait être glauque et est en fait pretexte à partager une tonne d’affection. Mais surtout, ce que je préfère chez l’autrice, c’est qu’elle arrive à insérer un personnage odieux, le mari de Violette, et au fil des pages… je me suis attachée à lui ! Et j’étais vraiment triste à la fin, et en même temps touchée par son histoire. Par celle de Violette aussi, évidemment, mais elle, je l’aime d’amour de toute façon. Et par tous les personnages secondaires que nous rencontrons au fil des pages. Une perle à lire absolument !

L’Assassin Royal, Première époque, T.2 de Robin Hobb

En LC avec Carnet Parisien

Sa chronique du tome 4

Sa chronique du tome 5

Sa chronique du tome 6

Résumé : Au royaume des Six-Duchés, dans l’inquiétant décor d’une forteresse battue par les vents et les flots, Fitz, un jeune garçon issu d’une lignée royale, fait à la cour le rude apprentissage de la vie. Un maître d’écurie, étrange et bourru, lui prodigue conseils et affection ; un vieux sage, isolé au sommet d’une tour, l’initie à la délicate perception du Bien et du Mal ; des molosses qui l’ont adopté lui apportent réconfort et protection. Commence alors pour le jeune homme un long voyage initiatique semé d’embûches et de trahisons. Un voyage sans retour au bout de l’angoisse, de l’amour, de la désespérance. Confronté aux cruelles exigences de la loyauté, existe-t-il pour lui une autre voie que celle du sacrifice ?

Mon avis : Alors que j’ai eu du mal avec le tome 4, j’ai absolument adoré les tomes 5 et 6. Je les ai littéralement dévorés ! Fitz a vraiment mûri, sa quête devient trés intéressante, et les réflexions philosophiques autour de l’amour, de la liberté, de l’amitié et de la fidélité affective et physique m’ont vraiment captivé. Elles sont là, sous-jacentes, sans jamais alourdir le texte, et pourtant elles m’ont presque coupé le souffle par moment tant j’étais surprise de leur teneur et de leur intensité. Surtout à travers Asterie et Ketricken. Bref, au delà de ça, j’ai enfin eu cette impression, dont parlait Mélusine, de retrouver une bande de copain et de les accompagner dans leur aventure. Je les ai tous tellement aimé, et puis cet intégral conclue la première époque de la saga, et on pourrait très bien s’arrêter là en réalité. J’en ai pleuré de douceur et d’amour, la fin est magnifiquement belle, et rien que pour cette conclusion fabuleuse, ces presque 3000 pages valaient le coup. Je vous conseille de découvrir L’Assassin Royal sans hésiter, et je vais me replonger dans les Aventuriers de la mer encore ce mois-ci, pour me rafraîchir la mémoire, même si j’ai déjà lu le tome 1. Ce sera intéressant de voir si mon avis est le même maintenant que j’ai lu la mise en place du cadre !

***

Et voilà, on arrive au bout de ce bazar littéraire ! Qu’en pensez-vous ? Avez-vous aimé ces lectures, ou pas du tout, au contraire ? Dites-moi tout en commentaire !

Publicités

16 réflexions sur “Bazar littéraire #8 : Melange total des genres !

  1. Ah oui il y a de tout, en effet ! Le livre « Sisters » me tentait en lisant le résumé et ton avis m’a bien refroidie 😂 Après j’ai du mal avec les livres audio en général, je n’accroche jamais, donc j’ai plutôt imaginé ce que ça donnerait en papier ! 🙂

  2. je n’en ai lu aucun. Je connais l’amie prodigieuse pour l’avoir vu souvent passé et malgré les bonnes critiques, il ne m’a jamais tenté (et il ne me tente toujours pas). Heureusement, il y a des coups de coeurs pour contrebalancer les déceptions !

  3. Pingback: Bilan #61 : Juillet 2019 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.