L’île aux enfants d’Ariane Bois

Bonjour à tous,

C’est Ibidouu qui m’a parlé de ce livre et me l’a conseillé, je l’en remercie mille fois ! Les éditions Charleston ont eu la gentillesse de m’envoyer L’île aux enfants, le dernier roman d’Ariane Bois sélectionné pour les Prix des Lectrices Charleston et j’ai fais une incroyable découverte !

C’est l’histoire de Pauline et Clémence, deux fillettes inséparables, deux sœurs vivant près des champs de cannes à sucre, qui un jour, en allant chercher de l’eau à la rivière, sont enlevées, jetées dans un avion, séparées, et qui devront affronter bien des épreuves avant de comprendre ce qui leur est arrivé. Il ne s’agit pas d’un conte pour enfants, même cruel, mais de la véritable histoire des exilés de la Creuse, un transfert massif d’enfants venus de l’île de la Réunion pour repeupler des départements isolés de la métropole en 1963, contre leur gré et celui de leurs familles, devenue un scandale d’état. Dans ce roman, c’est la fille de Pauline, Caroline, qui, trente ans plus tard, mène l’enquête sur l’enfance de sa mère, provoquant ainsi des réactions en chaîne et l’émoi de celle qui pour survivre a dû tout oublier…

Comment devenir soi quand on vous a menti ? Peut-on se reconstruire un arbre généalogique ? Qu’est- ce qu’était l’adoption dans le secret et les non-dits des années 1970 ? L’histoire d’une résilience, d’une reconstruction et une plongée dans un épisode peu glorieux de l’histoire de France à travers les yeux de deux enfants.

Comme pour son précédente ouvrage que j’ai lu, Sans oublier, j’ai découvert L’île aux enfants à travers le Prix des lectrices Charleston grâce à la maison d’édition. Je savais que j’allais aimer la plume, puisque celle-ci m’avait déjà parue belle et touchante. Mais Ariane Bois nous livre ici un récit incroyablement fort sur les enfants de la Creuse, un sujet bien trop méconnu qui mérite de l’être. L’autrice nous livre ici le point de vue de Pauline, jeune femme kidnappée (c’est important de le dire) par les autorités françaises afin de repeupler une zone rurale française. Nous plongeons dans ses émotions d’enfant perdue dans l’Hexagone après avoir découvert sa vie à jouer dans la rivière réunionnaise. Quelle déchirure, j’ai ressentie toute son incompréhension, toute sa déception, toute sa tristesse de penser avoir été abandonnée par ses parents, alors qu’il n’en était rien. Quelle horreur. Se construire dans ces conditions, un exploit que beaucoup n’ont pas réussis, grandes victimes de décisions prises par des hommes d’État sans compassion ni humanité, qui ne voyaient le monde qu’à travers les chiffres.

« Entre 1963 et 1982, plus de mille six cents enfants ont été arrachés à leur île, La Réunion, à leurs familles, à leurs racines. Ces mineurs, dont certains n’étaient que des bébés, furent transférés dans notre région, la Creuse. Devenus adultes, certains s’interrogent aujourd’hui sur ce qui a pu motiver un tel exil forcé. « 

Plus tard, dans une seconde partie, nous découvrons sa fille, Caroline, qui va remonter le temps, remonter l’histoire de sa famille et découvrir ce qu’est devenue sa tante Clémence. Elle va mener un voyage initiatique vers la terre qui a donné naissance à la branche généalogique de sa maman, et nous livrer les secrets de cette île tropicale. Une immersion, un dépaysement incroyable qui fait du bien. La relation entre Pauline et Caroline se fait houleuse, compliquée, l’une n’ayant aucune envie de remuer le passé, l’autre en faisant une quête existentielle nécessaire à son développement personnel mais aussi professionnel puisqu’elle souhaite être journaliste. On retrouve cette thématique autour de l’héritage des douleurs qui m’a encore une fois fait réfléchir.

J’ai tellement envie que vous le découvriez que j’organise jusqu’à vendredi un concours sur Instagram où il est à gagner ! C’est par ici : @pepparshoes

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce roman m’a profondément fait vibrer. L’écriture d’Ariane Bois me faisait ressentir toutes les émotions des personnages, jusqu’à l’engourdissement dont fait l’objet Pauline a un moment donné. Je tremblais de rage et d’indignation, j’étais hors de moi d’un point de vue humain et d’un point de vue politique. Le roman est assez court, il ne fait que 217p. et pourtant il est d’une intensité rare. Il aurait tout autant mérité de remporter le macaron « Prix des lectrices Charleston » que Marie Vareille. (Que je vous recommande aussi sans hésiter, mais ce n’est pas le sujet de cet article, n’est-ce pas ?).

« Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir. »

L’île aux enfants est un ouvrage à lire absolument, tant il est intense et touchant. Incapable de m’arrêter, je l’ai lu d’une traite et il a généré une émotion très intense en moi. Une perle à découvrir absolument !

A découvrir aussi de la même autrice : Sans oublier

4 réflexions sur “L’île aux enfants d’Ariane Bois

  1. Je l’ai découvert en grand format chez Belfond. J’avais déjà entendu parler du sujet des enfants de la Creuse, qui m’avait révolté. J’étais ravie de voir qu’un roman pourrait remettre en lumière ce drame orchestré par l’Etat et finalement pas si ancien !

    • Non ce n’est vraiment pas très ancien comme sujet, mais c’est bien trop méconnu pourtant. Je n’en avais jamais entendu parler et quand je demande autour de moi je ne suis pas la seule. C’est terrible ce qui s’est passé et c’est vraiment un beau roman qui dénonce tout en touchant ❤️

  2. Pingback: Bilan #73 : Juillet 2020 | Sorbet-Kiwi

  3. Pingback: Sublime Royaume de Yaa Gyasi | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.