Linea Nigra de Sophie Adriansen

Bonjour à tous !

Dernier article pour le Prix des Lectrices Charleston, dont la lauréate sera annoncée bientôt ! En attendant, voici ce que j’ai pensé de Linea Nigra, le dernier roman de Sophie Adriansen sortie en poche chez Charleston, en même temps que son nouveau grand format : Hystériques. Merci à la maison d’édition pour cette lecture enrichissante !

Stéphanie est heureuse. Heureuse avec Luc et heureuse d’être enceinte, car cet enfant sera la consécration de leur amour. Elle aime la ligne brune apparue sur son ventre, symbole des changements qu’elle sent déjà s’opérer en elle. Stéphanie est heureuse, et pourtant… Les doutes ne tardent pas à arriver et à se multiplier, la maternité n’est pas ce à quoi elle s’attendait. Le post-partum se révèle un territoire obscur. Était-elle vraiment préparée à ce tsunami ? En quête de réponses, elle se rend vite compte, au contact d’autres femmes, d’une réalité simple : on ne naît pas mère, on le devient. Chacune à sa manière.

Lire la suite

On s’est aimés comme on se quitte de Charlie Wat

Bonjour à tous !

Décidemment, ce mois-ci est un mois Charleston ! Mais en même temps, avec les beaux finalistes du Prix des lectrices, j’ai envie de tous les découvrir. On va voir si j’y arrive, mais en tous cas, pour l’instant, On s’est aimés comme on se quitte est assez haut dans ma liste ! Merci à la maison d’édition pour cette belle lecture.

Et si l’amour était au bout du chemin ? Denis, 45 ans, est un homme triste. Englué dans ses problèmes de travail, ne sachant plus communiquer ni avec son fils ni avec son père, il voit son existence lui glisser entre les doigts. Mais quand il apprend par inadvertance que son ex femme doit en épouser un autre dans trois jours à l’autre bout de la France, il refuse de laisser passer sa chance et s’embarque pour un improbable voyage. Un périple au bout duquel il pourrait bien trouver autre chose que ce qu’il cherchait. On s’est aimés comme on se quitte, c’est l’histoire d’un homme ordinaire, bien décidé à tenter l’extraordinaire pour reconquérir l’amour de sa vie. Après avoir conquis des dizaines de milliers de lecteurs, Charlie Wat revient avec un roman drôle et bouleversant, une ode à l’amour et au bonheur.

Lire la suite

Le gardien de nos frères d’Ariane Bois

Bonjour à tous !

Je découvre doucement mais sûrement tous les livres d’Ariane Bois, et ce premier roman m’a décontenancé. Je vais vous expliquer pourquoi, mais je tiens d’abord à remercier les éditions Charleston pour cette lecture.

Rien ne prédestinait Simon et Léna à se rencontrer. Lui appartient à la bourgeoisie juive parisienne, patriote, laïque et assimilée ; il a été maquisard et blessé au combat. Elle est issue d’un milieu de petits commerçants polonais et a réussi à survivre au Ghetto de Varsovie. En 1945, la guerre leur a tout pris. Chacun de leur côté, ils vont accepter une mission très particulière : rechercher des enfants juifs cachés par leurs parents dans des familles, des orphelinats ou des couvents, quand il s’avère que ceux-ci ne rentreront pas des camps. Simon parce que son petit frère Elie a disparu dans des conditions mystérieuses ; Léna car elle espère ainsi redonner du sens à sa vie. Et cela va les entraîner bien au-delà de ce qu’ils auraient pu imaginer. C’est l’histoire de deux jeunes révoltés qui, dans une France exsangue, vont se reconstruire grâce à la force de l’amour. De Paris à Toulouse, d’Israël à New-York, un roman d’aventure porté par le souffle de l’Histoire.

Lire la suite

Dakota Song d’Ariane Bois

Bonjour à tous !

Dernièrement, j’ai lu des livres très importants, mais loin d’être légers, c’est certain. Du coup, c’était une pause bienvenue que cette lecture commune avec l’amie Nolwenn, alias Ibidouu ! Quoi qu’Ariane Bois sait aussi aborder de sacrées thématiques, mais là j’ai passé un excellent moment au Dakota. Merci aux éditions Charleston pour cette lecture !

New York, 1970. Shawn Pepperdine, jeune de Harlem, assiste, horrifié, au meurtre de son meilleur ami. Pour échapper aux assassins, il trouve refuge dans les sous-sols du Dakota, l’immeuble le plus mythique de Manhattan.
Au coeur d’une ville en pleine ébullition, le Dakota reste, lui, immuable : un club très fermé, un château médiéval sur Central Park, un havre de paix des  » rich and famous « . S’y côtoient Lauren Bacall, Leonard Bernstein et Rudolf Noureev. Ici, Polanski tournera les images du film Rosemary’s Baby.
Devenu le premier portier noir du Dakota, Shawn côtoie ses résidents : Nigel, Abigail, Nathan, Cherie, Becky, Andrew, Tyler et les autres.
Quand la plus grande star du monde, John Lennon, emménage à son tour, l’immeuble et sa communauté s’enflamment…

Lire la suite