Très Chère Valentine d’Adriana Trigiani

Bonjour à tous !

Lorsque j’ai vu qu’Adriana Trigiani sortait un nouveau roman chez Charleston, j’avais très envie de le découvrir ! Merci beaucoup à l’éditeur pour ce chouette envoi.

New-York, 2007. De génération en génération, les Roncalli ont mis tout leur amour dans la confection d’exquises chaussures de mariage, façonnées dans les cuirs les plus tendres et les satins les plus chatoyants. Une passion qui a permis à la petite entreprise familiale de perdurer, en plein c ur d’un Manhattan envahi par les grandes enseignes. Aujourd’hui, c’est à Valentine qu’il revient de poursuivre cet héritage. Mais prise dans les tumultes de la vie new-yorkaise et son histoire d’amour compliquée avec un jeune chef cuisinier en vogue, l’inspiration lui manque. Et si un voyage en Italie sur les traces de son histoire familiale l’aidait à découvrir sa voix artistique ? Et peut-être beaucoup d’autres choses sur elle-même… Des rues encombrées de Manhattan aux verdoyantes collines toscanes, à la rencontre d’une jeune femme passionnée et inoubliable.

J’aime beaucoup la plume d’Adriana Trigiani, qui nous embarque encore une fois à New-York, et un peu en Toscane, ainsi qu’à Capri, dans une famille américano-italienne. C’était déjà le cas dans Lucia, Lucia, que j’avais pu découvrir en tant que Lectrice Charleston, et j’aime bien ce point de vue. Pour le coup, nous rencontrons une jeune femme de 33 ans, qui est entrain de reprendre le flambeau de l’entreprise familiale. Découvrir son métier était super intéressant : elle fabrique des chaussures de mariage, à la main. Sa famille possède cette entreprise dans Greenwich Village depuis 1903 (en tous cas, c’est ce que dit l’enseigne…), et c’était vraiment captivant ! J’ai admiré Valentine ainsi que son caractère. Elle se cherche, et l’influence de sa famille est assez présente, mais elle veut vivre pour elle, vraiment. J’aime les femmes avec du caractère, et clairement, c’est le cas. Son évolution est légère mais notable, et j’ai été très touché par cet aspect de l’histoire.

Résultat de recherche d'images pour "arezzo italia"

Arezzo, Italia

Aux côtés de Valentina, gravite Granny. Ou peut-être que c’est autour de Granny que gravite Valentine ? C’est un peu des deux, la roue tourne, et ce duo fonctionne super bien. Cette grand-mère de plus de 80 ans a aussi une personnalité pétillante, et elle me réchauffait le cœur. Elle possède le magasin de Perry Street depuis les années 50, son métier est sa passion, et elle a vraiment envie de voir l’entreprise transmise à sa petite-fille. Dans ce roman, la mode est au centre de l’histoire, de l’intrigue aussi. On a droit à de nombreuses descriptions, que ce soit de chaussures, de robes, même de maillots de bain ! Mais c’est sans lourdeur, c’est partagé avec douceur et élégance. Même si ça ne sert pas toujours l’histoire, j’ai apprécié. Et dans ce cadre là, j’ai aussi beaucoup aimé le clin d’œil à Lucia, Lucia au début et à la fin, c’était chouette.

« Le déni procure un confort temporaire, capitonné avec l’espoir et la foi en la chance. C’est un état émotionnel neutre qui convient à toutes les cironstances. Des années peuvent bien s’écouler avant que tombe le couperet, et en attendant ? Tout va très bien. On se contente d’espérer. Le déni ne cause aucun dégât jusqu’à la dernière minute, lorsqu’il est trop tard pour se sortir d’une impasse. « 

Bien sûr, il y a une histoire d’amour. On ne passe que rarement à côtés. Mais pour le coup, elle n’est pas centrale. J’ai aimé le développement de ce pan du récit. Et d’ailleurs, j’ai été très surprise par la fin ! Je suis vraiment heureuse du choix de l’autrice pour le cœur de Valentina, je ne pensais pas du tout qu’elle irait dans cette direction, et c’est positif ! Cela dit, je pensais qu’il y aurait des lettres dans ce roman. J’avoue que j’attendais une petite partie épistolaire, ou au moins un échange, à cause du titre, tout simplement. Très chère Valentine donne cette impression, non ? Peut-être que ce n’est que moi, mais j’aurai vraiment trouvé ça sympa.

Résultat de recherche d'images pour "little italy new york"

Little Italy, New-York

Très Chère Valentine est une très belle découverte ! Dans ce roman so chic, nous rencontrons une jeune femme courageuse, une grand-mère pétillante et intégrons une famille américano-italienne passionnante. Mode, amour, voyage, il y a un peu de tout pour passer un excellent moment !

Mon avis sur l’autre roman de l’autrice :

Vous allez aimer ce roman si vous avez apprécié :

13 réflexions sur “Très Chère Valentine d’Adriana Trigiani

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #144 | Sorbet-Kiwi

  2. Pingback: Bilan #63 : Septembre 2019 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.