Assez de bleu dans le ciel de Maggie O’Farrell

Bonjour à tous !

Mon amie Carnet Parisien m’a donné ce roman l’année dernière lorsque je lui rendais visite, et je la remercie pour cette belle découverte. J’aime beaucoup Maggie O’Farrel depuis En cas de forte chaleur, et j’avais donc très envie de le lire, sans en trouver le temps. Merci beaucoup au Popcorn de m’avoir poussé à le sortir de ma PAL dans le cadre d’une lecture commune.

Une maison au bout d’une piste, à des kilomètres de tout. Autour, rien que l’herbe verte, les trembles aux feuilles chargées de pluie et le ciel changeant du Donegal. Daniel Sullivan est linguiste, il s’en va donner un cours à l’université avant de prendre l’avion pour les États-Unis, son pays d’origine, pour se rendre à l’anniversaire de son père qu’il n’a pas vu depuis des années.
À ses côtés, dans la voiture qui le conduit à l’aéroport, sa femme Claudette et leurs deux enfants. C’est là, dans cette voiture, que Daniel apprend à la radio le décès de Nicola, son premier amour. Une cascade de souvenirs se déversent et une question : se pourrait-il qu’il soit responsable de sa mort ?
Le doute le ronge, implacable. Et une envie, deux en fait : découvrir la vérité sur Nicola ; revoir sa famille, son autre famille, ses deux grands enfants qu’il a abandonnés soudainement aux États-Unis dix ans plus tôt.
Mais comment dire tout cela à Claudette, cette ex-star de cinéma fantasque, passionnée, qui a choisi d’organiser sa propre disparition pour échapper au monde ? Comment lui révéler l’homme qu’il est véritablement ? Et que peut-il encore promettre, lui qui n’a jamais su que fuir ?

J’ai déjà pu lire un roman de l’autrice, intitulé En cas de forte chaleur, et à l’époque, j’étais subjuguée par cette saga familiale qui me permettait de m’identifier aux personnages. Ici aussi, nous plongeons dans la vie de famille d’un homme, Daniel, que nous apprenons à connaitre au fil des pages. Il s’entoure de personnages travaillés, certains très ordinaires, d’autres loufoques voir extraordinaires, mais finalement tous très attachants. Je n’ai pas réussi à m’identifier à eux, mais finalement, cela ne s’avère pas nécessaire tant Maggie O’Farrell nous permet de les apprécier, et d’avoir envie d’en savoir toujours plus sur eux.

J’ai été surprise par le premier chapitre, qui nous pousse à nous demander qui est Daniel. Il semble être un peu… désagréable, en fait. Puis nous changeons de chapitre, et en même temps, de point de vue. La construction du roman m’a permise d’avancer dans l’histoire rapidement et assez passionnément aussi. Tout le monde à son mot à dire, son histoire à raconter. Et finalement, je me suis retrouvée à apprécié chacun d’entre eux. Je me questionnais énormément sur eux, sur le lien avec Daniel. Et en changeant régulièrement de personnage, tout en faisant des sauts dans le temps également, cela permet de se détacher des personnages, et de se forger son propre avis. Un peu comme dans un film !

« Selon toute vraisemblance, je suis un mari, un père, un citoyen, un enseignant, mais à la lumière je suis un déserteur, un imposteur, un voleur, un tueur. Je possède une certaine apparence en surface, mais je suis sillonné de trous et de galeries en dedans, comme une falaise de calcaire. »

Ce que l’on disait avec Johanna, c’est qu’il n’y a jamais qu’une seule vérité dans la vie. Que chacun à son point de vue, et ainsi sa vérité. Je trouvais cela particulièrement marquant entre Todd et Daniel par exemple, au sujet d’une jeune femme qu’ils ont connus tous les deux à l’université. Maggie O’Farrell travaille vraiment tous ses personnages, et c’est ce que j’apprécie dans sa plume. Et les caractères et les actions de chacun vont avoir un impact réel sur le déroulement de l’intrigue. Elle parvient à la rendre passionnante, en abordant de nombreux sujets comme les carrières d’acteurs, la parentalité, les troubles du langage ou même la paranoïa. Tous nous révèlent une certaine vulnérabilité qui va les rendre touchant, et j’ai beaucoup apprécié.

Assez de bleu dans le ciel est un roman touchant et intéressant. J’aime comment Maggie O’Farrell aborde les relations humaines, comment elles sont construites, déconstruites, comment elles impactent nos vies à tous. Et surtout, comment on perçoit tous ses événements et cela se répercute à nouveau sur nos relations. Je vous conseille ce roman !

La chronique de Johanna (à venir)

3 réflexions sur “Assez de bleu dans le ciel de Maggie O’Farrell

  1. Pingback: Bilan #48 : Juillet 2018 | Sorbet-Kiwi

  2. Pingback: Challenge : PAL 2017 à 0 ! | Sorbet-Kiwi

  3. Pingback: Héroïnes de Sarah Jane Stratford | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.