Une vie avant de Marie-Hélène Fasquel et Gabriel Erhart

Bonjour à tous !

Aujourd’hui je viens vous parler d’un roman que je qualifierai d’espionnage que m’a gentiment envoyé l’autrice. Un grand merci à toi Marie pour cette lecture.

Paris quatorzième. Quatre jeunes femmes attablées Chez Maxence apprennent qu’un terrible évènement vient d’atteindre l’une d’entre elles. Trentenaires, issues de milieux différents, personnalités fortes et modernes, elles ont en commun une résistance, une combativité, et surtout une amitié indéfectible. Dès lors, cette solidarité va être mise à rude épreuve au cours d’une aventure qui, de manière complètement imprévisible, va les mener aux quatre coins du continent européen. A l’issue de ce road trip ébouriffant, elles découvriront une vérité hallucinante, digne d’un conte de fées…

Alors, je dois dire que le résumé ne laisse pas du tout paraître ce que contient réellement ce roman, et c’est probablement ce qui m’a surprise. Mais cela n’est pas forcément positif, simplement parce que ce n’est pas du tout mon genre. Les auteur.ices nous embarquent ici à bord d’une course-poursuite digne d’un film James Bond, et malheureusement pour moi, les films d’actions sont ceux pendant lesquels je m’ennuie le plus. Prenez donc ma chronique comme tel : ce n’est pas pour moi, cela ne veut certainement pas dire que ce n’est pas pour vous ! Il pourrait y avoir un Pierce Brosnan caché quelque part. Et surtout, l’ouvrage est en compétition pour les plumes francophones, cela veut certainement dire quelque chose.

Forcément, un bon roman d’action est un roman ultra dynamique. C’était trop rapide à mon goût, mais cela colle au genre. Personnellement, j’aime quand il y a d’avantage de mise en circonstance, quand on prend son temps sans être contemplatif pour autant. Parfois, plusieurs semaines passent dans le récit mais j’avais l’impression que les événements avaient eu lieu en 2 heures. J’aurai aimé plus de lenteur.

« Pourquoi faut-il que le bonheur nous échappe sans cesse, prisonnier d’un navire emporté par des vents contraires ? »

Cela dit, le récit mythique et mystique derrière l’histoire reste intéressant ! J’ai bien aimé l’idée derrière le tout, bien qu’elle soit surprenante et qu’elle ne m’ait pas paru très vraisemblable. Je crois que j’aurai presque préféré qu’il y ait une pointe de fantasy, qui aurait vraiment justifié la théâtralité du texte dans son ensemble. Je n’ai malheureusement pas été sensible à grand chose, ce qui me chagrine hautement. Peut-être que ce n’était pas non plus le bon moment pour moi de lire cette histoire.

Si vous aimez les films James Bond, vous allez probablement adorer Une vie avant ! Malheureusement pour moi, l’action et l’espionnage ne me correspondent pas, c’est certainement pourquoi je suis passée à côté de ce roman.

Mes chroniques des autres livres des auteur.ices que j’ai apprécié :

6 réflexions sur “Une vie avant de Marie-Hélène Fasquel et Gabriel Erhart

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.