Journal d’un marchand de rêves d’Anthelme Hauchecorne

Bonjour à tous !

Avec mon amie Juliette, nous nous envoyons plusieurs swaps au cours de l’année, et elle me fait toujours sortir de ma zone de confort. C’est encore une fois le cas avec ce roman signé Anthelme Hauchecorne. Malheureusement, je crois que j’en attendais beaucoup de trop.

J’ai séjourné en hôpital psychiatrique. Pas de quoi fouetter un chat sauf lorsque, comme moi, vous êtes fils de stars. Par crainte du scandale, mes parents m’ont expédié loin d’Hollywood, dans la vieille Europe. Les meilleurs spécialistes m’ont déclaré guéri. En vérité, la thérapie a échoué. Les songes ont repris, plus dangereux que jamais. Malgré moi, je me trouve mêlé aux intrigues de puissants Rêveurs. Des gens charmants et bien décidés à m’éliminer, mais avec élégance. M’entêter serait totalement déraisonnable. Pourtant, deux plaies à vif m empêchent de tourner la page… La première est une fille. La seconde, une soif de vengeance. Je m’appelle Walter Krowley. Vous tenez mon journal intime. Prenez-en soin. Ce livre pourrait devenir mon testament…

Je me sens toujours honteuse lorsque je n’ai pas aimé un livre qu’on m’a offert, connaissez-vous cela, vous aussi ? Mais malheureusement, on ne choisit pas vraiment, et pour le coup, Journal d’un marchand de rêves a été une grosse déception, ce qui m’attriste, parce que j’avais vraiment envie d’aimer cette histoire. J’ai pu rencontrer l’auteur, sans jamais lire un de ses livres, cela dit. Et son humour ainsi que sa bonne humeur m’avaient vraiment donné envie de découvrir ses histoires. Et c’est peut-être ce qui me chagrine le plus.

Je dois admettre que, si l’idée me semblait originale et m’a captivé, j’ai eu un peu de mal avec l’écriture, que j’ai trouvé lourde, ce qui ne ressemblait pas à la personne que j’ai pu rencontrer. Lorsque l’auteur me parle directement à travers son récit, ça me déstabilise. Et ce que j’aime encore moins, ce sont les pseudo-insultes inventées toute les deux pages, accompagnée d’un sarcasme constant. En réalité, je trouve ça exaspérant, et par moments, j’aurai aimé pouvoir souffler un peu. Du coup, j’ai mis le roman en pause. Et par la suite, j’ai du me forcer à avancer, quitte à survoler les dernières pages.

« J’évoluais au milieu d’une profusion de coussins roses, de fourrures roses et de tentures roses. L’épaisse moquette, de la couleur que vous devinez, me donnait l’impression d’être une puce blottie dans le pelage d’un gigantesque animal rose bonbon. Avant de hurler au mauvais goût, visualisez la baignoire en forme de cœur. Maintenant, vous pouvez crier.« 

Durant tout le récit, je n’ai pas compris où Anthelme Hauchecorne m’emmenait. Pour moi, il est essentiel de donner un but à une histoire, et finalement, en le fermant, j’ai compris. Mais mon soucis majeur était la longueur du récit. A mes yeux, il fait bien 250 pages de trop, 250 pages de lourdeur et d’ironie inutile, de descriptions qui ne servent pas l’histoire et de pensées fades du personnage principal, qui était vraiment sans saveur.

Je n’ai pas du tout aimé ce roman, et j’en suis la première chagrinée. J’aurai voulu un humour plus subtile et moins de pages, avec une idée claire vers laquelle tendait le récit, et malheureusement, j’ai eu tout l’inverse. Dommage, ce n’était tout simplement pas pour moi !

Du Steampunk que j’ai aimé :

Smog of Germania de Marianne Stern

20 réflexions sur “Journal d’un marchand de rêves d’Anthelme Hauchecorne

    • Mais ne t’excuses pas, tu ne pouvais pas savoir ! D’autant plus que je t’ai aussi offert un roman de cet auteur ! (Que je suis entrain de lire d’ailleurs mdr) si on n’essaye pas on ne peut pas savoir et j’avais vraiment envie d’aimer en plus. J’ai beaucoup aimé dans les brumes d’Edimbourg par contre, la chronique arrivera cette semaine encore normalement ☺️ c’est moi qui suis désolée de ne pas avoir su l’apprécier.

    • Heureusement qu’il y en a pour tous les goûts ! ☺️ je suis contente si tu as trouvé mon avis respectueux, quand on n’aime pas c’est toujours un petit peu délicat de l’exprimer sans offenser 🙊

  1. Pingback: Bilan #76 : Octobre 2020 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.