Enfances perdues de Mechtild Borrmann

Bonjour à tous !

Je viens vous parler aujourd’hui d’un temps où les choses étaient bien difficiles… Merci aux éditions du Masque pour ce roman passionnant mais difficile.

Velda, 1947. Henni Schöning habite avec sa famille dans un petit village allemand proche de la frontière belge. Son père se réfugie dans la religion et s’intéresse de moins en moins aux siens depuis son retour de la guerre. Quand sa mère meurt subitement, la jeune fille de quatorze ans se retrouve alors responsable de ses frères et de sa sœur. Pour gagner un peu d’argent, elle se lance dans la contrebande de café, comme la plupart des familles de cette région juste après la guerre. Elle connaît les chemins qui traversent les Hautes Fagnes, une zone marécageuse pleine de dangers, et y guide les trafiquants, pour la plupart des enfants, pendant la nuit. Mais de plus en plus de bandes organisées prennent le contrôle du trafic de café, et les douaniers ont désormais ordre de tirer sur les contrebandiers. Une nuit, l’inimaginable se produit : la sœur de Henni est tuée.

Henni est envoyée en maison de redressement et ses frères cadets, Matthias et Fried, sont placés dans un orphelinat catholique où Matthias meurt d’une pneumonie. Henni n’apprendra que des années plus tard les véritables circonstances de ce décès lors d’une audience au tribunal. Peu après, la sœur Angelika, l’ancienne directrice de l’orphelinat, est retrouvée morte, et Henni se trouve à son tour face au tribunal, accusée de son meurtre. Au mépris de tous les obstacles, elle se lance dans une lutte pour la vérité, la justice et la dignité.

Depuis le confinement, on voit des gens qui se précipitent dans les supermarchés pour faire le plein de papier toilette, de gel douche, de pâtes et de farine. Maintenant imaginez un temps où cela était absolument impensable puisqu’il n’y avait que des épiceries ? Un temps au lendemain de la guerre où tous les produits de la vie courante étaient en pénurie, comme le café ou le sucre. Un temps où les gens filaient à l’église et où le commérage faisait office de Netflix. Un temps où on envoyait ses enfants en maison de redressement, en orphelinats parce qu’ils ne correspondaient pas à nos attentes en tant que parents. Un temps où ces enfants là traversaient des frontières, la nuit, à travers des marécages et chassés par des chiens de patrouilles pour chercher des produits de la vie quotidienne… On appelait ça de la contre-bande, alors que c’était aussi de la survie.

Les grains de café arbre Vecteur gratuit

Je ne sais pas si on sent, à travers mon premier paragraphe, à quel point je suis affectée par ce livre. J’ai mis bien 2 semaines pour écrire cette chronique, et pour une fois ce n’était pas à cause du temps manquant (vous vous en doutez). Ce roman m’a fait tellement relativiser. Je comprends pourquoi ma grand-mère, née pendant la Seconde Guerre Mondiale, s’autorise d’aller à l’épicerie du village 2 fois par semaine. Elle a connu bien pire… Henni et ses amis ne peuvent pas faire autrement que de vivre du marché noir avec la Belgique, et je me suis tellement attachée à elle et à ses frères. L’histoire de ce roman est terriblement touchante, j’ai eu envie de les sauver à chaque page que je lisais.

« – Bien sûr que si, répondit Wolter en riant. Voici comment ça marche : vous, les enfants, vous passez la frontière les premiers. Un des jeunes gars vous guidera. Si vous traversez sans problème, les adultes suivent. Vous prenez le café dans une ferme, en Belgique. (Il la scruta de la tête aux pieds.) Ça fait bien quinze kilomètres aller-retour. Qu’est-ce que tu en dis ? Tu peux porter un poids de dix livres sur plus de sept kilomètres, au retour ? »

Que ce soit Henni et sa condition de vie, son combat pour faire survivre sa famille, sa haine pour son père, j’ai tout ressenti au fond de mes tripes. Mais l’histoire de Thomas et des frères de Henni est juste aberrante et pourtant elle sonne si réelle. Ce n’est pas une histoire vraie et pourtant j’avais les larmes aux yeux de tristesse, d’indignation… Ce roman est d’une puissance comme je n’en ai que peu lu, et plus depuis très longtemps. La critique de la société, des maisons religieuses pour enfants, mais aussi de la guerre et de ses conséquences sur les parents et par défaut sur les enfants est très présente et virulente, mais aussi profondément nécessaire. Enfin, l’alternance entre Thriller dans les années 70 et roman historique des années 40-50 rend ce roman complètement addictif et on ne voit pas les pages défilées.

Les grains de café arbre Vecteur gratuit

Enfances perdues est un roman qui prend aux tripes, et qu’il est plus que nécessaire à lire en ces temps difficiles pour relativiser. L’histoire de Henni, Mathias, Fried et Thomas m’a complètement chamboulée et je ne peux que le recommander. Coup de cœur, sans hésitation.

Image associée

Et n’oubliez pas, en période de confinement, il reste la lecture numérique ou les livres audios, disponibles à tout instant sans avoir à mettre le nez dehors ! (Même toi, Mamie ! Non je rigole, elle ne sait pas encore utiliser Internet ahah !)

Roman disponible en numérique chez

Feedbooks FnacAmazon

D’autres romans aux éditions du Masque que j’ai aimé :

17 réflexions sur “Enfances perdues de Mechtild Borrmann

    • Franchement, je ne peux que te le conseiller, et en plus c’est de la contre bande entre des personnes allemandes et belges et ça se passe dans les Hautes-Fagnes, donc ça m’a fait une belle leçon d’histoire sur le pays qui va m’accueillir 🙂

  1. Pingback: Bilan #70 : Avril 2020 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.