Les fluides d’Alice Moine

Bonjour à tous !

La rentrée littéraire d’hiver est là, et les sorties nous font de l’œil, juste après les fêtes. Ce court mais intense roman d’Alice Moine est à recommander si vous avez envie de craquer ! Merci aux éditions Belfond pour cet envoi.

Cet après-midi-là, Julie passe quelques heures à la piscine municipale avec Charlotte, sa fille de sept ans dont elle n’a plus la garde. Ce moment privilégié est une chance pour elle de regagner le cœur de Charlotte et elle voudrait tout bien faire. Mais, dans le bassin, ses angoisses remontent à la surface. Rien ne lui paraît plus difficile qu’être mère.
Car, depuis trois ans, Julie surnage. Un épisode du passé qu’elle a gardé secret l’a plongée dans un profond désarroi. Comment prendre soin d’un enfant quand l’horreur obsède l’âme ?
Pourtant, ce jour-là, tandis que Charlotte multiplie les prouesses dans le grand bassin, quelque chose se produit, qui va tout changer.

Une femme. Une enfant. Une piscine. Un traumatisme. Comment survivre dans notre monde impitoyable quand notre histoire nous submerge, et que nos angoisses nous coulent ? Comment faire face au monde, avec une enfant au bras, un ex-mari dans l’incompréhension et le jugement, et toutes nos craintes qui prennent le dessus ? Alice Moine, que je découvre avec ce roman, aborde dans Les fluides une problématique difficile et douloureuse, mais si nécessaire. De part son écriture, elle nous intrigue, puis nous livre une histoire courte mais intense à propos d’une femme qu’un homme à profondément meurtrie, en la privant de son consentement.

Illustration du don de sang Vecteur gratuit

Les fluides, c’est un livre sur la reconstruction de soi. Il est difficile de vivre suite à un traumatisme de cette ampleur. C’est un acte d’une barbarie inouïe. Comment s’en remettre ? Pas en un claquement de doigts, ça, c’est une certitude ! Comment exposer son corps, dans un lieu qui peut paraître aussi anodin, comme une piscine municipale ? Se faire frôler au détour d’une cabine. Se sentir observer. Être jugée pour ces 16 kilos en trop. Avoir l’impression d’être insignifiante, et de ne pas avoir de place… En lisant ce roman, j’ai eu l’impression que l’autrice me disait qu’il n’y a pas de honte à avoir, si on ne se reconstruit pas immédiatement. Ou si on ne dit rien. Ou si on parle. Cela prendra le temps qu’il faudra. Et puis, un jour, il aura fait son œuvre, et on recommencera à vivre. Il n’y a pas de temps limite, d’objectif à atteindre. Guérir n’est en rien une évidence.

« Parfois, Julie se demande si sa fille n’a pas tout deviné. Ce qu’elle a préféré taire est un secret bien gardé, et pourtant, à certains moments, il lui semble que Charlotte lit en elle. Dans ses yeux, elle se sent mise à nue. Sa fille avait quatre ans quand c’est arrivé. Quels signaux invisibles aurait-elle pu capter ? L’horreur dégage-t-elle des ondes imperceptibles à l’œil nu que seules les âmes sensibles arrivent à percevoir ? »

A travers une journée à la piscine qui peut sembler anodine, Alice Moine nous livre aussi un puissant récit sur la maternité. Si être une femme ne va pas de soi, être une mère non plus. Et le monde en attend tellement d’une maman. Il a des exigences, qui semblent inatteignables, et gare à celles qui semblent faibles. Le regard des autres est si violent, et celui d’un enfant si intransigeant. Comment trouver sa place ? Qui est Julie Salette et qui veut-on qu’elle soit ? C’est la vraie question que je me suis posée en refermant ce livre, finalement. Et je n’ai pas de réponse, elle est la seule à l’avoir et la seule à avoir le droit d’y répondre. Cela vaut d’ailleurs pour chacune d’être nous, que nous soyons filles, sœurs, mères, ou même solitaires. Ce que je sais, c’est que j’ai aimé la relation qu’elle construit avec Charlotte, le mal qu’elle se donne, et l’amour qu’elles se portent toutes les 2, quand bien même elles doutent chacune de celui de l’autre.

Illustration du don de sang Vecteur gratuit

Les fluides est un récit puissant et beau sur la reconstruction de soi et la maternité, lorsque l’on doit vivre avec des traumatismes qui semblent inguérissables. Une histoire forte et bouleversante, qui se lit rapidement mais avec beaucoup d’émotion. En librairie dés aujourd’hui.

Belfond

Vous allez aimer ce roman si vous avez apprécié :

14 réflexions sur “Les fluides d’Alice Moine

  1. Merci pour ce bel avis. J’ai vu le roman passer mais j’avoue que je ne l’ai pas choisi… Je pense que j’ai bien fait. Même si j’apprécie ce que tu en dis, je ne suis pas forcément certaine que j’aurais pris autant de plaisir à le lire que toi

  2. Pingback: Bilan #67 : Janvier 2020 | Sorbet-Kiwi

  3. Pingback: Des étoiles dans les yeux de Nicolas Fraissinet | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.