C’était un accident d’Isabelle Laguarrigue

Bonjour à tous !

Grâce à ma copinaute Rue Camille, j’ai eu la chance de pouvoir découvrir C’était un accident qu’Isabelle Laguarrigue, l’autrice, a eu la gentillesse de m’envoyer. Et c’était une belle lecture toute en émotion, merci à elle pour sa confiance.

Je m’appelle Prune. J’ai quatorze ans et quatre mois. Je suis hypersensible (il paraît), ROUSSE (je ne peux pas le nier) et accro aux listes (ma VIE). Je suis en internat depuis le mois de septembre (à ma demande) car je ne supportais plus de vivre avec mes parents et mes sœurs jumelles de cinq ans. Je ne le sais pas encore, mais dans quelques jours ma vie va basculer. Pas besoin de s’appeler Einstein pour deviner qu’il y aura un avant et un après et que l’enquête, que je mènerai pour comprendre, m’apportera plus que la vérité. Un roman qui parle d’adolescence, d’amitié virtuelle et IRL*, de confiance en soi, de deuil et… d’amour.

En voilà une belle surprise ! Je pensais apprécier ce roman, sans aucun doute, puisque la thématique allait me toucher, je le savais. Mais pour autant, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. A part le résumé, je ne suis allée me renseigner nul part sur le contenu. C’était peut-être une bonne technique, puisque j’ai pu me laisser embarquer par Prune, une adolescente de 14 ans qui a, en fait, tout pour être heureuse, mais en bonne ado, elle ne s’en rend pas compte. Jusqu’au jour où tout bascule, et qu’elle devient une victime des fatalités de la vie. Mais ce que j’aime chez elle, c’est qu’elle ne se laisse pas abattre, en fait, même si elle en donne d’abord l’impression. Elle se questionne, se positionne, et va se trouver, d’une certaine façon. Parfois, je la trouvais trop mature pour son âge, mais en vrai, pourquoi pas ? Qui a dit que les jeunes de 14 ans ne pouvaient pas être en avance sur leur âge ? En réalité, elle reste réaliste, elle dramatise certaines choses, et je ne cessais de me demander pourquoi. C’est évident : elle a 14 ans !

Illustration der medizinischen ikone Kostenlosen Vektoren

Ce roman est nécessaire, aussi. Il aborde une question hyper importante, qui est le développement de soi durant une phase de deuil. Il permet de sensibiliser les lecteurs adolescents (et plus âgés, évidemment) au deuil de camarades, mais aussi à la notion de perte d’un être cher, sans pour autant être terrifiant. Et puis, c’est aussi  un très beau roman sur l’amitié. Mathilda est une amie en or, j’ai adoré la relation que les deux filles entretiennent ! Je me suis vraiment attachée à l’une comme à l’autre. Elles ont des particularités classiques des jeunes femmes de leur âge, et doivent faire face à des situations typiques aussi, mais cela ne les rend en rien moins intéressantes puisque les thématiques sont très bien traitées.

« Parfois dans la vie, il faut juste laisser du temps au temps. « 

Ce que j’ai trouvé captivant, c’était l’idée d’inclure la robotique à cette histoire ! C’était vraiment surprenant, et aussi intelligent. Parce que le public cible ne fait aucun doute, c’est un roman Young Adult. Du coup, cela peut ouvrir l’intérêt de (futur.e.s) lycéen.ne.s aux sciences en tant que sujet de recherche, notamment aux filles, puisque la maman de Prune est développeuse de robots ! Et vraiment passionnée en plus ! C’est trop cool comme métier, je trouve. Du coup, Prune va découvrir un de ces petits engins, qui se nomme Spring, qui représente peut-être l’avenir. En fait, j’ai vu ce petit galet interactif de deux façons. D’une part, j’ai beaucoup apprécié comment il évolue avec Prune. Mais je me suis aussi questionnée sur la dépendance de la jeune femme envers le robot, comme elle pourrait l’être à un smartphone. Bref, j’aime le questionnement, c’était tip top comme idée !

Illustration der medizinischen ikone Kostenlosen Vektoren

En bref, j’ai vraiment apprécié ce roman intéressant sur l’adolescence, l’amitié, la technologie et le deuil. Peut-être que j’aurais voulu une enquête plus approfondie, mais sinon je me suis attachée aux personnages. Et j’ai aimé la façon dont l’autrice traite les problématique. À découvrir !

Compte Instagram de l’autrice par ici !

Publicités

12 réflexions sur “C’était un accident d’Isabelle Laguarrigue

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #135 | Sorbet-Kiwi

  2. Pingback: Bilan #61 : Juillet 2019 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.