Les gratitudes de Delphine de Vigan

Bonjour à tous !

Grâce aux éditions JC Lattès, j’ai eu la chance de découvrir le nouveau roman très touchant de Delphine de Vigan, une grande autrice de la littérature contemporaine française. Merci à eux pour cette très belle découverte !

Michka est en train de perdre peu à peu l’usage de la parole. Autour d’elles, deux personnes se retrouvent : Marie, une jeune femme dont elle est très proche, et Jérôme, l’orthophoniste chargé de la suivre.

J’ai lu ce livre parce que j’avais un agréable souvenir d’Un soir de décembre, et j’avais envie de retrouver l’écriture poétique de Delphine de Vigan. Et j’ai beaucoup aimé ce court roman qui m’a beaucoup touché. Je suis quelqu’un qui a besoin de s’attacher aux personnages, de vibrer avec eux, de vivre leur vie à travers leurs yeux. Pour le coup, j’ai beaucoup aimé Marie, elle m’a ému. Le roman se nomme Les gratitudes, et il s’agit ici pour cette jeune femme de remercier celle qui l’a élevé. Je me suis rendue compte que je ne remercie pas assez souvent les gens qui le méritent non plus, avec un vrai « Merci » et non pas un merci de circonstance ou de politesse. Je devrais pourtant, et en cela, le roman m’a parlé. Ce n’est que lorsqu’on se rend compte qu’il est bientôt trop tard qu’on se réveille, et c’est bien dommage. Ce roman a donc permis une prise de conscience chez moi.

Affiche de fleur de coquelicot

J’ai aussi beaucoup apprécié Jérôme, un orthophoniste qui travaille avec Mischka, qui vient d’arriver en maison de retraite. Il est vraiment très doux avec les résidents, il s’ouvre à eux, c’est un peu un rayon de soleil. Mischka s’ouvre à lui, et est aussi très curieuse en retour. Leur relation m’a beaucoup touché, surtout vu ce qu’il va accomplir pour elle. Le temps qui passe, l’importance des mots choisis, mais aussi un humour léger à travers l’aphasie, qui m’a fait sourire tristement, mais tendrement, tout cela passe par Jérôme. Et puis il y a Mischka, évidemment, qui a une volonté de fer, mais dont le corps atteste du temps qui passe. Elle est le lien entre Marie et Jérôme, et quelque part, elle était pour moi le symbole de l’amour. Pas entre eux, mais pour elle. Cela m’a beaucoup touché.

« Quand je les rencontre pour la première fois, c’est toujours la même image que je cherche, celle de l’Avant. Derrière leur regard flou, leurs gestes incertains, leur silhouette courbée ou pliée en deux, comme on tenterait de deviner sous un dessin au vilain feutre une esquisse originelle, je cherche le jeune homme ou la jeune femme qu’ils ont été. Je les observe et je me dis : elle aussi, lui aussi a aimé, crié, joui, plongé, couru à en perdre haleine, monté des escaliers quatre à quatre, dansé toute la nuit. Elle aussi, lui aussi a pris des trains, des métros, marché dans la campagne, la montagne, bu du vin, fait la grasse matinée, discuté à bâtons rompus. Cela m’émeut, de penser à ça. Je ne peux pas m’empêcher de traquer cette image, de tenter de la ressusciter.” 

Je crois que ce que j’aime le plus chez Delphine de Vigan, c’est la façon dont elle manie les mots. C’est poétique et naturel à la fois, d’une part. J’ai l’impression d’écouter une belle chanson, quand je la lis. Du coup, forcément, cela me touche bien plus qu’un roman où les mots manquent d’harmonie. D’autre part, elle a une façon de jouer avec le sens des mots. Un mot peut avoir plusieurs significations, et elle va l’utiliser entièrement, et nous permettre de voir le sens de celui-ci sous toutes ses coutures. Je crois bien que c’est ce qui fait d’elle une autrice incontournable en littérature contemporaine française, à lire absolument.

Affiche de fleur de coquelicot

Delphine de Vigan a encore su me toucher grâce à ses personnages travaillés malgré le format court de son histoire, et grâce à la poésie de son texte. Une très belle lecture que je recommande !

Éditions Jean-Claude Lattès — Wikipédia

Ma chronique d’Un soir de décembre

Publicités

15 réflexions sur “Les gratitudes de Delphine de Vigan

  1. Oui, un roman que j’ai dévoré ! Mais je pense être une inconditionnelle ! Ce que j’aime aussi chez elle, et je viens d’en prendre conscience en lisant ce billet, c’est la façon dont les mots sont assemblés simplement faisant croire, évidemment à tord, à la facilité ! Alors qu’ils sont si justement assemblés ! Merci et bon weekend !

  2. J’avais lu « D’après une histoire vraie » et « Les loyautés » que j’avais beaucoup aimé. J’hésitais à lire celui-ci mais je n’en vois que des critiques élogieuses alors je vais certainement me laisser tenter 🙂

  3. Pingback: Bilan #57 : Mars 2019 | Sorbet-Kiwi

  4. Pingback: Delphine de Vigan – Les gratitudes | Sin City

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.