Wilt, T.1 : Comment se sortir d’une poupée gonflable et de beaucoup d’autres ennuis encore de Tom Sharpe

Bonjour à tous !

Ce roman est dans ma PAL depuis au moins 5 ans. Je l’ai acheté un jour pour ne pas sortir d’une librairie les mains vides, je l’ai posé, puis jamais repris en main. Ibidouu m’a proposé une lecture commune, et nous voici parties à la rencontre de Henry Wilt et de sa femme, tous les deux complètement dingues !

Professeur de culture générale d’un lycée technique à Londres, Henry Wilt aborde la quarantaine dans un état critique. Alors qu’il tente à longueur de journée d’instruire une bande d’adolescents qui se soucient du sonnet shakespearien comme de leur premier porridge, sa femme Eva saisit la moindre occasion pour le harceler. Et tout y passe : son manque d’ambition, sa virilité de mollusque, son goût immodéré pour la bière. Wilt ne peut que grommeler en subissant ces réprimandes. Jusqu’à cette fameuse soirée, où ridiculisé une fois de trop, il décide de supprimer celle qui a fait de sa vie un enfer.

L’histoire des Wilt, Henry et sa femme Eva, est complètement rocambolesque, déjantée, loufoque. Choisissez le terme qui vous convient le mieux. Nous rencontrons ce couple totalement ordinaire en apparence, mais sacrément a coté de la plaque. En réalité, c’est une caricature du couple de banlieue moyen. Henry est franchement antipathique, j’hallucinais quant a son comportement, mais en même temps, cela me faisait sourire. Peut-être à cause d’Eva, qui introduit un couple américain encore 10x pire que les Wilt ! A partir du moment où ces deux participent pleinement à l’action de l’histoire, je n’arrêtais pas de rire. Comment se sortir d’une poupée gonflable et beaucoup d’autres ennuis encore est un récit humoristique et caricaturale, donc, mais je crois que c’était déjà clair au titre du bouquin.

Mine de rien, j’ai trouvé les personnages intéressants, même si c’est complètement incomparable avec la littérature contemporaine que je lis d’habitude. L’auteur met en place un espèce de décalage entre lecteur et personnages, au niveau de la perception de ces derniers. Alors que Wilt trouve sa femme complètement idiote, je l’ai trouvé bien plus intéressante que lui pour ma part. Il me semblait assez léthargique, et ne vivait que dans ses fantasme, alors qu’elle est dans l’action. Un peu trop d’ailleurs, ce qui va à nouveau renversé la balance par la suite. Bref, à eux deux, il y a une dynamique détonante et drôle qui se perpétue de page en page, et le roman finit par se lire super rapidement.

« Chaque fois qu’Henry promenait son chien ou, pour être plus précis, chaque fois que son chien l’emmenait promener ou, pour être exact, chaque fois que Mrs Wilt leur enjoignait de débarasser le plancher car c’était l’heure de ses exercices de yoga, il suivait invariablement le même chemin. Le chien le prenait docilement, et Wilt suivait le chien. »

Enfin, si je suis honnête, je me suis bien amusée, parce que l’histoire part complètement dans tous les sens. Mais je ne vais rien en retenir, je le sais déjà. Dans 6 mois, j’aurai oublié tous les détails ainsi que les noms des personnages, et dans un an, je ne me souviendrai même plus des grandes lignes. Il va falloir que je me dépêche de lire la suite, dans ce cas. Il y a 5 tomes au total, mais je ne suis pas certaine d’être super motivée à tous les lire. A part du divertissement, cette lecture ne m’a pas apporté grand chose, que ce soit intellectuellement, humainement, ou émotionnellement, et cela m’a manqué. Mon coté maniaque-qui-veut-terminer-toutes-ses-séries-en-cours me sauvera peut-être !

Ce premier tome de la saga Wilt passe vraiment bien par cette chaleur, et permet de se bidonner au soleil. Cela dit, il ne faut pas en attendre autre chose, puisque l’histoire est assez creuse dans le fond. Pourtant, je me suis prise au jeu et j’ai passé un bon moment à me laisser divertir par ce couple complètement barré !

La chronique d’Ibidouu (à venir)

Publicités

11 réflexions sur “Wilt, T.1 : Comment se sortir d’une poupée gonflable et de beaucoup d’autres ennuis encore de Tom Sharpe

  1. Pingback: Wilt 1 : Comment se sortir d’une poupée gonflable et de beaucoup d’autres ennuis encore – Tom Sharpe. – La paupiette culturelle

  2. Pingback: Bilan #50 : Août 2018 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.