Elizas de Sara Shepard

Bonjour à tous !

J’adore cette nouvelle collection Noire des éditions Charleston ! Elle me force à sortir de ma zone de confort et m’embarque dans des lieux inimaginables. Un grand merci à eux pour cet envoi, et également à Aurélie du blog Mon jardin littéraire de m’avoir accompagné durant cette lecture.

Quand l’auteure Eliza Fontaine est découverte au fond de la piscine d’un hôtel, sa famille présume que ce n’est que l’une de ses nouvelles tentatives de suicide. Mais Eliza jure qu’elle a été poussée… Motivée à l’idée de trouver son assaillant, Eliza décide de mener l’enquête. Mais alors que la date de publication de son premier roman se rapproche, les questions se font plus nombreuses que les réponses… Pourquoi son éditeur, son agent et sa famille mélangent-ils les événements qu’elle raconte dans son roman et ceux de sa vie ? Son livre n’est que fiction, non ? Plus Eliza avance dans sa recherche, en essayant de retrouver des pans entiers disparus de sa mémoire, plus elle se rend compte que sa vie ressemble étrangement à celle de son héroïne, jusqu’à ce que la frontière entre réalité et fiction se brouille complètement, et qu’elle ne puisse plus savoir où finit la vie de Dot, son personnage, et où la sienne commence…

Même une semaine après avoir refermé ce roman, je ne sais toujours pas exactement quoi penser. Je suis toujours aussi perplexe et indécise quant à mon interprétation de ce que j’ai lu. Et j’adore ce sentiment ! Nous rencontrons Eliza, une jeune femme pour le moins intrigante. Est-elle folle ? Est-elle victime d’un complot ? Où est la frontière entre réalité et fiction ? Je ne saurai toujours pas vraiment répondre à toutes ces questions avec certitude. C’est franchement incroyable. J’ai adoré sentir le doute se propager dans mon esprit, douter de la jeune femme, de son entourage, même de tout ce que je lisais. Dés les première page, on se fait une première impression, et il est difficile de s’en détacher par la suite. J’ai passé toute ma lecture à me questionner, et j’adore ça.

Slide elizas

Ce que j’ai aussi beaucoup apprécié, c’est la vision qu’à Eliza de tout ce qui se passe autour de la vie d’auteure. Les plateaux télévisés, son agente, ce que les gens en pensent et la pression qu’elle ressent à ce niveau là. Son roman a une place vraiment très importante dans sa vie, et dans notre histoire aussi, puisque nous le lisons en même temps que l’histoire de la jeune femme. Mais où se situe la frontière entre réalité et fiction ? Avec Aurélie, nous confondions parfois les deux, remettions en question ce que nous avions lus, et cherchions des réponses à l’histoire de l’une dans l’histoire de l’autre. Peu importe dans quel sens nous tournions le tout, il semblait s’imbriquer, mais les fils restaient invisibles. Chercher le lien était hyper passionnant et m’empêchait de poser le roman autrement que sous la contrainte.

« Je me réveille en hurlant. Le son est aspiré dès que j’ouvre les yeux, mais il laisse dans mon cerveau une trace fugitive, comme une empreinte de main sur du sable humide. Ma gorge est râpeuse. Ma tête me lance. J’essaie de distinguer ce qu’il y a autour de moi, mais je ne vois que des ombres imprécises. J’ai un goût âcre d’alcool dans la bouche.
Bien joué, Eliza. C’était bien la peine de t’en sortir pour finir comme ça. »

La grosse claque, en plus de tout le développement du roman, c’est sans aucun doute la fin. Je n’en revenais pas ! Le doute n’a jamais de limite, ce qui fait que, comme je le disais déjà, je suis toujours perplexe et indécise. Techniquement, tout est conclu, les réponses aux questions sont données… mais sont-elles ce qu’elles semblent être ? Finalement, c’est un peu au lecteur de trancher. Rien que pour cela, pour ce dénouement un peu WTF, je vous le conseille. La seule chose qui m’inquiétait était un éventuel manque de cohérence, mais en fait, pas du tout. J’aurai aimé que certaines parties soient peut-être plus approfondies, mais ce n’est pas du tout nécessaire. Peut-être que personnage comme lecteur doivent simplement apprendre à lâcher prise ?

image

A mes yeux, Elizas est un roman parfait pour prolonger l’expérience de La fille du train. Un peu loufoque, avec des personnages dont on doute tout le temps, l’autrice nous mène en bateau du début à la fin. Et peut-être même encore un peu après ? A chacun de décider pour soi. Mais pour cela, il faut le lire, et je vous le conseille absolument !

La chronique d’Aurélie

 

6 réflexions sur “Elizas de Sara Shepard

  1. Malgré ta chronique très enthousiaste, je ne suis pas sur que j’apprécie ce livre. j’ai du mal avec ce genre d’ambiance dans la littérature car cela me stress un peu 😦

  2. Pingback: Bilan #48 : Juillet 2018 | Sorbet-Kiwi

  3. Pingback: IMM #170 : 11 au 17 juin 2018 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.