La Vérité sur l’affaire Harry Québert de Joël Dicker (Audiobook)

Bonjour à tous !

Pour la toute première fois, je viens vous parler d’un audiobook. Eh oui, grâce à Orange et leur partenariat avec Kobo by Fnac, tous les mois, un audiobook est offert aux abonnés. Si c’est pas super, ça ? Aucune chance que je passe à côté de l’occasion de découvrir un nouveau format, me voici donc lancée dans l’aventure. Et franchement, je suis convaincue. Je vous explique !

À New York, au printemps 2008, lorsque l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois. Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.
Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

J’avoue que pour mon premier audiobook, je souhaitais quelque chose de long. J’ai des trajets assez conséquents (entre 2h et 3h de voiture par jour), et je me suis dis que cela ferait bien passer le temps. La voix du narrateur était donc très importante, parce qu’il ne faut pas s’endormir. Et pour celui-ci, c’est Thibault de Montalembert qui nous parle. J’ai bien adhéré à son timbre, et il me permettait de bien différencier les personnages. Cela dit, à certains moments, c’était bien malsain. Quand il répète je ne sais combien de fois « N-O-L-A », j’avais un peu envie de jeter mon Iphone par la fenêtre de la voiture. Je pense que par écrit, cela rend différemment, parce qu’inconsciemment, le lecteur saute le passage quand son œil/cerveau se rend compte qu’il y a le même prénom répété 10 fois. A l’écoute, et avec une voix un peu suave qui le dit, c’est bien lugubre. Et peut-être que cela donne une intensité différente au roman. Mais sinon, j’ai passé un excellent moment, et quand j’arrivais au travail, je n’avais pas envie de m’arrêter. Pouce bleu pour le format !

Au niveau du roman même, j’étais complètement happée par l’intrigue. Alors que Dicker saute avec aisance d’une époque à l’autre, c’est si bien fait que l’on suit avec facilité. En plus de cela, c’est un sacré pavé. J’en avais pour 22h de lecture quand même ! Pourtant, à aucun moment mon attention a faibli. J’étais captivée, et j’attendais avec impatience d’aller bosser le matin, et de rentrer chez moi le soir, pour retourner à mon écoute. Plusieurs fois, j’ai changé d’avis sur qui pourrait bien être le tueur. Franchement, jamais je n’aurai pensé à la révélation du dernier chapitre, qui m’a bluffé ! Je me doutais de certains éléments de l’intrigue, mais elle est si riche et si étoffée que cela ne suffisait en rien à deviner l’ensemble. C’est absolument incroyable. En plus de cela, c’est un bel hommage au métier d’écrivain, qui est décortiquer durant toute la longueur du livre.

« Deux choses donnent du sens à la vie : les livres et l’amour. »

Cela dit, je lui ai trouvé des longueurs. Je pense que c’est à cause de sa densité que l’auteur s’est senti obligé de répéter certains chapitres. On retrouve par exemple tout le prologue vers le 3/4 du roman. Cela arrive aussi pour plusieurs interviews qui sont retranscrites plusieurs fois. Pour ma part, je n’avais rien oublié de ce qui s’était dit, du coup, j’avais un peu envie de sauter ces passages. J’espérais toujours déceler quelque chose de différents, mais ce n’était jamais le cas. Je comprends que cela soit parfois nécessaire, mais trop de morceaux étaient répétés à mon goût. Et puis, au début, quand Nola se mettait à devenir niaise comme une gamine de 15 ans (comment ça, c’est son âge ?!), j’avais envie de la secouer. « Ohlala, que c’est beau ce que tu écris Harry », « Oh Harry, appelle-moi Nola-chérie », et l’autre qui joue le jeu. Mon Dieu, j’avais parfois envie de les baffer, et je roulais les yeux au ciel. *Oups*. En vrai (ne me frappez pas), j’attendais qu’elle meurt ! Mais finalement cette jeune femme est d’une telle complexité que dés la seconde moitié du roman, je me suis attachée à elle. Comme à tous les personnages en fait, sans exception. Mention spéciale à Luther et Gahalowood ❤

Il est absolument impossible de parler de cette écoute en si peu de mots. C’est un vrai délice ! Malgré quelques longueurs et des passages bien niais, j’étais happée par cette histoire. Mi-enquête, mi-romance, j’attendais avec impatience la suite, un peu comme une série télévisée. Et ça tombe bien, puisque Patrick Dempsey va interpréter Harry sur petit écran bientôt, et ce sera sur TF1 ! N’empêche que Orange et Kobo ont réussi leur coup marketing, je n’ai pas attendu le mois d’après pour m’acheter la suite, Le livre des Baltimore !

Pour ceux qui veulent profiter de l’avantage Orange chez Kobo by Fnac, c’est par ici !

20 réflexions sur “La Vérité sur l’affaire Harry Québert de Joël Dicker (Audiobook)

  1. J’ai tellement été happée par cette lecture. J’ai adoré la relation entre Marcus et Harry, les réflexions du narrateur sur le métier d’écrivain et bien sûr l’enquête en elle-même. Le couple Nola/Harry est bien niais mais je ne me suis pas ennuyée un instant. J’ai hâte de voir ce que va donner la série adaptée. En attendant, je commence aujourd’hui Le Livre des Baltimore !

  2. J’avais adoré ce livre, je l’ai prêté à un nombre incalculable de personnes, j’avais trop besoin de le partager 😉 Je n’ai encore jamais essayé le format audio, je crois que je suis pas prête encore lol

  3. Pingback: Le Livre des Baltimore de Joël Dicker (Audiobook) | Sorbet-Kiwi

  4. Pingback: Bilan #48 : Juin 2018 | Sorbet-Kiwi

  5. ce livre me tente depuis longtemps ! il faudrait vraiment que je le découvre. j’aime beaucoup les livres audio, j’en écoute souvent sur le chemin des vacances ! je ne connaissais pas l’offre orange/kobo/fnac ! je vais voir si mes parents veulent bien me donner leurs codes pour que j’en profite ,)

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.