À la lumière du petit matin d’Agnès Martin-Lugand

Bonjour à tous !

Puisque hier était un jour ferié, je me suis fait plaisir en savourant le dernier roman d’Agnès Martin-Lugand, À la lumière du petit matin. Et j’ai été vraiment touchée par cette histoire. Merci beaucoup aux éditions Michel Lafon pour cet envoi.

À l’approche de la quarantaine, Hortense se partage entre son métier de professeur de danse et sa liaison avec un homme marié. Elle se dit heureuse, pourtant elle devient spectatrice de sa vie et est peu à peu gagnée par un indicible vague à l’âme qu’elle refuse d’affronter. Jusqu’au jour où le destin la fait trébucher… Mais ce coup du sort n’est-il pas l’occasion de raviver la flamme intérieure qu’elle avait laissée s’éteindre ?

J’aime énormément la plume d’Agnès Martin-Lugand, qui me fait toujours un bien fou. Ce roman ne déroge pas à la règle, je l’ai refermé avec un immense sourire, je l’ai tenu contre mon coeur, et j’ai soupiré de bonheur. C’est dire, quand même ! Je l’ai lu quasiment d’une traite, et si au début, j’ai eu un tout petit peu de mal, cela s’est rapidement transformé en frénésie de lecture. Je pense que mon malaise de départ était dû à l’adultère, omni-présent. Hortense est une belle femme de presque 40 ans, avec du caractère, de la passion et pleine de joie. Jusqu’à ce qu’elle soit avec Aymeric. Et clairement, je me suis plassée dans la position de Bertille, son amie, femme mariée avec des enfants qui ne peut que se voir dans la femme d’Aymeric, la femme cocue qui ne se doute de rien. Alors oui, j’ai quelque peu jugé au départ. Sauf que l’autrice nous démontre avec beaucoup de tendresse que l’on ne choisit pas de qui l’on tombe amoureux. Et je pense sincèrement qu’Aymeric a eu le malheur de tomber amoureux de deux femmes  à la fois. Comment juger l’amour ? C’est impossible. Et cela m’a vraiment poussé à me remettre en question quant au jugement de leur couple.

Par contre, je ne me suis pas retenue de voir Aymeric d’un mauvais oeil tout de même, simplement parce qu’il est égoiste. Si j’avais pu le baffer….. Non, pas de violence ! Je comprenais tellement les points de vue des ami.e.s de Hortense ! Cela dit, les personnages secondaires sont également touchants, comme par exemple Bertille, qui ne sait plus comment se comporter. C’est aussi une belle lecon sur la vie et les liens sociaux, qui s’éfilent parfois avec le temps. Ou qui se renforcent, comme avec Cathie, que j’ai trouvé adorable. Et puis, il y a Elias, que j’ai beaucoup aimé. Cela dit, je ne l’ai pas trouvé très travaillé non plus. Son histoire oui, mais pas son personnage pour autant. Je ne sais pas comment l’expliquer, mais je l’ai trouvé très léger. Contrairement à l’histoire de Hortense, qui se concentre sur la reconstruction de son corps comme de son âme ! Elle va devoir se relever de sa chute dans tous les sens possibles du terme.

« Il était si étrange de se faire surprendre par la vie, de se soumettre au hasard des rencontres. »

Alors que j’avais beaucoup apprécié la surprise du dénouement et du destin de Marthe dans Entre mes mains le bonheur se faufile, je suis moins emballée ici. Non pas que je n’ai pas aimé ! Comme dit, j’ai été très touchée et j’en suis resortie avec un grand sourire. Mais tout était prévisible à des kilomètres. Je savais exactement quel était le scénario à venir, et je ne me suis pas trompée une seule fois. Même si cela fait énormément de bien d’être autant portée par une histoire, j’aime aussi être surprise. Même un tout petit peu, simplement sur un point minuscule. Mais pour le coup, ce n’était pas du tout le cas. Disons que cela a simplement empêché ce roman de se transformer en réel coup de coeur.

A mes yeux, À la lumière du petit matin est le meilleur roman de l’autrice que j’ai pu lire, c’est aussi simple que cela. J’ai été touchée, bouleversée et émue du parcours de Hortense, et de son évolution. Il me manquait simplement un élément de surprise pour transformer cette excellente lecture en coup de coeur.

Ma chronique des Gens heureux lisent et boivent du café

Ma chronique de La vie est facile, ne t’inquiète pas

Ma chronique d’Entre mes mains le bonheur se faufile

Publicités

11 réflexions sur “À la lumière du petit matin d’Agnès Martin-Lugand

    • J’espère vraiment que tu vas aimer aussi, mais sinon ce n’est pas grave. Il faut se dire qu’il y a plein d’autres auteur.e.s qui n’attendent que d’être lus par toi ❤️

  1. J’ai adoré l’histoire d’Hortense, à mes yeux l’une de ces histoires les plus abouties. J’avais aussi adoré « Entre mes mains, le bonheur se faufile » qui reste mon préféré de l’auteure. Elle sait parler à notre petit cœur et réussit à nous faire conscience qu’on est maître de sa vie et son destin. J’aime beaucoup les messages qu’elle fait passer 🙂

  2. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #71 | Sorbet-Kiwi

  3. Pingback: IMM #161 : 2 au 8 avril 2018 | Sorbet-Kiwi

  4. Pingback: Bilan #47 : Mai 2018 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.