La vallée des oranges de Béatrice Courtot

Bonjour à tous !

Je suis très heureuse de pouvoir vous parler du troisième lauréat du Prix du Livre Romantique organisé par les éditions Charleston. Un grand merci à la maison d’édition pour leur confiance et l’envoi de ce très beau roman.

Marseille, 2016
En démontant le faux plafond d’un hôtel en travaux, un ouvrier tombe sur une boîte en fer rouillée contenant les souvenirs d’une vieille dame. Magdalena. Mais que se cache-t-il derrière cette photo de mariage ?
Son arrière-petite-fille, tenancière du Café de l’Ensaïmada, une institution culinaire à Paris, décide alors de partir à la recherche de ses origines majorquines qu’elle ignorait jusqu’alors. Elle quitte son quotidien épuisant pour la douceur et le farniente méditerranéens. Dès son arrivée sur l’île, Anaïs va réveiller des secrets de famille cachés depuis des générations. Mais la tâche ne s’avère pas si facile. Miquel, le nouveau propriétaire de
l’orangeraie qui appartenait à son aïeule, ne se montre pas du tout coopérant.

Majorque, 1935
Magdalena, jeune pâtissière, confectionne chaque jour des ensaïmadas, ces brioches majorquines entortillées et saupoudrées de sucre glace. Très vite, la guerre civile espagnole frappe aux portes de son village qui devient le théâtre d’affrontements sanglants et de drames familiaux. Au péril de sa vie, Magdalena s’engage alors dans la résistance, avant de devoir s’enfuir vers la France.

Entre Majorque et Marseille, deux destins de femmes bousculées par la Guerre d’Espagne et un secret de famille, mais unies par une même passion : la pâtisserie.

J’étais vraiment très curieuse de découvrir ce petit roman, plutôt court pour un Charleston d’ailleurs. En effet, j’avais lu de nombreuses chroniques élogieuses des lectrices Charleston de cette année. Elles disaient avoir pu partir ainsi dans le Majorque pittoresque et d’antan. Cela m’a vraiment intrigué, puisque j’ai moi-même déjà été à Majorque deux fois, et j’étais revenue un peu décue. S’il y a une chose dont j’ai à présent la certitude, grâce à ce roman, c’est que cette île a 1000 facettes, et que j’étais sans aucun doute au mauvais endroit. En même temps, j’en ai vu le pire en étant de passage a Magaluf… Et Calles de Mallorca était plein de touristes venant des pays de l’Est, a la descente impressionnante de Jaeger Bombs. Il faut dire que ce roman m’a effectivement donner envie d’y retourner, plus particulièrement d’aller à la découverte de Soller, de goûter à la cuisine locale, et de m’intéresser à l’Histoire de l’île. Je suis malheureusement complètement passée à coté lors de mes visites, si on fait abstraction de la cathédrale de Palma, et de la capitale de manière générale. J’ai aimé en apprendre plus à travers la vie de Magdalena.

Il est toujours important pour moi de m’attacher aux personnages dans ce type de romans à deux voix. Dans le présent, j’ai beaucoup apprécié Anais, qui est une jeune femme pleine d’entrain et pourtant douce. A la fois courageuse et toute en retenue, elle transforme ces caractéristiques en vraies qualités. J’ai beaucoup aimé l’art de faconner des caractères à ses personnages qu’à l’autrice. Il en va de même pour Magdalena, qui a vécu de nombreuses difficultés, et qui pourtant nous semble fragile et forte à la fois. Il en va de même pour les personnages secondaires, comme Miquel, qui est le seul a être vraiment travaillé, ce qui est un peu dommage. Mais j’étais vraiment curieuse du destin de ces deux femmes, liées par le sang mais aussi par l’amour des patisseries majorquines.

 » – Chez nous, on dit que la vie est comme la mer. Elle Avance, se retire, elle Avance de nouveau vers la grève. Il faut respecter le rythme des marée pour ne pas se noyer. »

Ce que j’ai tout particulièrement apprécié était le cadre. Je ressentais vraiment la chaleur sur ma peau, le vent salé, ou encore l’odeur des oranges. J’ai trouvé l’ambiance vraiment bien mise en place, et j’avais très envie de participer à une de ces fêtes le soir, à boire de la Sangria et me sentir un peu pompette. On est vraiment embarqué dans l’histoire, à la recherche des origines d’Anais. D’ailleurs, j’ai trouvé interessant que la jeune femme connaisse son arrière-grand-mère, et que ce ne soit pas une histoire d’une enfant adoptée, ou dont un des parents ou grand-parents aurait disparu. Cela change de la trame classique. Et la question est légitime ! Au final, que savons-nous de nos ancêtres disparus, de ceux qui ne sont plus là pour nous raconter ? J’ai eu la chance d’avoir une mamie très bavarde qui me racontait toute son enfance pour me bercer. Et ma mamama, mon arrière-grand-mère, a même écrit ses mémoires ! Mais les autres ? En réalité, je ne connais rien de leurs parcours de vies, et c’est bien dommage. Cela me rappelle que chacun a son jardin secret, et que tous ne veulent peut-être pas non plus le partager avec des tiers.

La vallée des oranges est un roman frais et touchant. Nous accompagnons deux belles personnalités à travers le temps sur l’île de Majorque, au départ de Paris, en passant par Marseille. J’ai beaucoup apprécié le cadre, même si j’aurai bien aimé encore un peu plus de profondeur. Un air de vacances en ce mois d’avril, en tous cas !

Ma chronique des Lettres de Rose, Prix du Livre Romantique 2016

Ma chronique de La cueilleuse de thé, Prix du Livre Romantique 2017

17 réflexions sur “La vallée des oranges de Béatrice Courtot

  1. Hello ! Très chouette chronique qui me donne encore plus envie de le lire. J’ai découvert son résumé hier et j’ai été tout de suite séduite en m’imaginant les décors de l’intérieur des terres de Majorque que j’ai eu l’occasion de visiter donc la très belle Soller. Si tu y retournes, je te conseille vraiment cette visite. C’est une autre Majorque, une autre ambiance, un autre temps. 😉

    • Coucou ! Merci beaucoup pour ce commentaire ! ❤️ et toi tu me donnes envie de découvrir ce beau coin encore plus et tu confirmes la vision que je m’en faisais à travers le livre ❤️

  2. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #70 | Sorbet-Kiwi

  3. Pingback: IMM #161 : 2 au 8 avril 2018 | Sorbet-Kiwi

  4. J’ai adoré ce roman ! C’est seulement le deuxième Prix du Livre Romantique que je lis mais je n’ai encore jamais été déçue. En plus, je l’ai lu juste avant de m’envoler à Majorque donc j’avais en tête la vie de Magdalena et ça été très enrichissant 🙂

  5. Pingback: Bilan #46 : Avril 2018 | Sorbet-Kiwi

  6. Pingback: 5 livres pour voyager cet été (quand le budget se limite au canapé) – édition 2018 | Sorbet-Kiwi

  7. Pingback: Le bruit des pages de Livia Meinzolt | Sorbet-Kiwi

  8. Pingback: Le parfum des citronniers de Cristina Campos | Sorbet-Kiwi

  9. Pingback: Les rêves de nos mères de Carine Pitocchi | Sorbet-Kiwi

  10. Pingback: Un Noël au bord du lac de Béatrice Courtot | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.