Entre mes mains le bonheur se faufile d’Agnès Martin-Lugand

Bonjour à tous  !

Alors que je préparais ma PAL pour l’Espagne, je me suis dis que c’était le moment parfait d’embarquer ce roman et de le savourer au soleil. Et j’avais bien raison !

Depuis l’enfance, Iris a une passion pour la couture. Dessiner des modèles, leur donner vie par la magie du fil et de l’aiguille, voilà ce qui la rend heureuse. Mais ses parents n’ont toujours vu dans ses ambitions qu’un caprice : les chiffons, ce n’est pas « convenable ». Et Iris, la mort dans l’âme, s’est résignée.
Aujourd’hui, la jeune femme étouffe dans son carcan de province, son mari la délaisse, sa vie semble s’être arrêtée. Mais une révélation va pousser Iris à reprendre en main son destin. Dans le tourbillon de Paris, elle va courir le risque de s’ouvrir au monde et faire la rencontre de Marthe, égérie et mentor, troublante et autoritaire…
Portrait d’une femme en quête de son identité, ce roman nous entraîne dans une aventure diabolique dont, comme son héroïne, le lecteur a du mal à se libérer.

Ce que j’aime chez Agnès Martin-Lugand, c’est qu’elle nous démontre à chaque fois que la vie vaut la peine d’être vécue. J’adore cet optimisme qu’elle affiche dans tous ses récits ! A chaque fois que je referme un de ses romans, j’ai envie de croquer la vie à pleines dents. Pourtant, on ne peut pas dire que celui-ci soit tout rose. Il fait mal, il traite de sujets difficiles, et prends même des tournures plus que surprenantes sur la fin ! Et pourtant, je l’ai refermé avec un sourire. J’avais envie de faire des câlins à Iris, et je n’ai pas eu de mal à la quitter, parce que je savais que tout irait bien pour elle. C’est pour cette raison que je peux toujours me tourner vers cette autrice lorsque j’ai besoin de me redonner un coup de pied aux fesses pour positiver. J’ai déjà hâte de découvrir son petit dernier qui vient de paraître chez Michel Lafon : A la lumière du petit matin.

Comme à l’époque pour Les gens heureux lisent et boivent du café, j’ai énormément apprécié la personnage principale, Iris. Elle est douce et touchante, et je crois qu’elle illustre assez bien le quotidien d’un certain nombre de femmes. Combien sommes nous, là dehors, à avoir été fatalistes ? A s’être tournées vers un métier qui rapporte, qui sécurise plutôt que celui qui nous passionne ? Je sais que j’en fais partie, et j’ai encore plus réussi à m’identifier à elle pour cela. Cette histoire montre aussi qu’il faut parfois juste un peu de courage pour changer notre destin. Mais peut-être avons nous peur que cela chamboule trop de choses ?

« Travaille. Existe pour et par toi-même. Ta réussite lui fera comprendre à quel point il a de la chance de t’avoir, et comme par magie, il s’occupera de toi. »

Je me demande d’ailleurs s’il a fallu du courage à Agnès Martin-Lugand pour façonner l’avenir de Marthe ? Je me suis beaucoup attachée à ce personnage, et j’ai été très surprise du destin qui lui est réservé. Je ne m’attendais pas du tout à ce dynamisme mais aussi à cette forme de brutalité, on peut dire, de la part de l’autrice. C’est un peu dommage que la complexité du personnage ne soit pas d’avantage abordée, mais d’un autre côté, en tant que lecteur, on ne peut pas toujours avoir réponse à tout. On se retrouve un peu comme Iris, à avoir effleuré le personnage qu’elle incarne, et la voir nous filer entre les doigts. J’ai beaucoup apprécié cette justesse finalement.

Pour l’instant, Entre mes mains le bonheur se faufile est mon roman préféré de l’autrice. J’ai beaucoup aimé l’optimisme qui transparaît malgré les difficultés de la vie d’Iris. Alors que l’amour de l’autre est important, j’en retiens surtout l’importance de s’aimer soi-même, et de prendre des décisions pour soi. J’ai trouvé cette idée très belle, bien que ce ne soit pas toujours évident.

Challenge 12 romans à lire en 2018

Ma chronique de Les gens heureux lisent et boivent du café

Ma chronique de La vie est facile, ne t’inquiète pas

12 réflexions sur “Entre mes mains le bonheur se faufile d’Agnès Martin-Lugand

  1. Ah tiens c’est marrant, moi au contraire je garde un mauvais souvenir de cette lecture. Je trouve que c’est une réécriture ratée et sans surprise des Liaisons Dangereuses, je n’ai pas vraiment accroché à l’intrigue, ni à l’héroïne…

    • Des Liaisons dangereuses ? ^^ Je n’ai pas du tout fait le lien ! Mais c’est vrai que maintenant que tu le dis… Mais j’ai passé un bon Moment Avec quand même, je pense que j’ai choisi le bon Moment pour le lire en fait.

      • C’est mon interprétation, ce n’est pas du tout une vérité générale ou une volonté de l’auteure hein ^^ mais j’ai perçu ça oui, dans ce jeu pervers de manipulation… j’ai trouvé ça très prévisible, c’est malheureusement ce que je reproche à l’auteure, mais c’est la raison pour laquelle j’attends son prochain. J’espère qu’il me permettra de changer d’avis !

  2. Pingback: IMM #76 : 14 au 20 Mars 2016 | Sorbet-Kiwi

  3. Pingback: 12 romans à lire absolument en 2018 | Sorbet-Kiwi

  4. Pingback: Spring Flower Challenge | Sorbet-Kiwi

  5. Pingback: À la lumière du petit matin d’Agnès Martin-Lugand | Sorbet-Kiwi

  6. Pingback: Bilan #46 : Avril 2018 | Sorbet-Kiwi

  7. Pingback: Une évidence d’Agnès Martin-Lugand | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.