A la place du cœur, Saison 3 d’Arnaud Cathrine

Bonjour à tous !

J’ai profité du salon du livre de Paris pour aller voir Arnaud Cathrine, et pour m’acheter son dernier roman, la saison 3 d’A la place du cœur. Et l’auteur clôture cette saga d’une façon vraiment poignante.

Caumes, je viens de terminer ton livre: il est immonde. Je ne t’embrasse pas. Je ne t’embrasserai plus. Esther.

Déjà, parlons de cette quatrième de couverture. Elle est tellement puissante je trouve ! Il y a peu de mots, mais lorsqu’on a lu le tome 2, elle va droit au cœur. Du coup, je me suis retrouvée à attendre Sophie Jomain pendant 2h et je me suis mise à la lecture de la suite de l’histoire immédiatement. Au point de ne pas oser l’emmener au travail, de peur de pleurer. Et j’ai eu bien raison, puisque quelques sanglots se sont échappés de ma gorge vers le dernier tiers du roman, qui m’a pris aux tripes. Quelles émotions, et je ne m’y attendais pas du tout ! Nous abordons à nouveau des problématiques très profondes, comme la dépression, l’alcoolisme chez les jeunes, ou encore le premier vrai chagrin d’amour, qui laisse notre cœur en miettes.

Ici, la thématique principale va être le premier vote de toute une génération en 2017. Cela pourrait tout autant se nommer « Chroniques d’une jeunesse désabusée », le fait de voter contre quelqu’un plutôt que pour un parti. J’ai vraiment ressenti cette agressivité qui flottait dans l’air à ce moment-là, et qui m’avait beaucoup choquée d’ailleurs. Il est intéressant que l’auteur mette les attentats et leurs conséquences sur la psychologie des masses en face du vote. Et j’ai surtout apprécié qu’il démontre que les jeunes sont prêts à s’engager, qu’ils ont envie de changer les choses. Ce ne sont pas ces loosers qui ne s’intéressent à rien, ce que semblent penser de nombreuses personnes plus âgées.

« J’y ai cru.
J’y ai cru.
J’y ai cru.
Putain, j’y ai cru.
J’y ai cru.
J’y ai cru.
J’y ai cru. »

Au delà des thématiques et réflexions, j’ai beaucoup aimé la poésie qui se dégage de l’oeuvre. Caumes continue de noter sa vie, ses ressentis, et parfois, il le fait en vers, ou sans ponctuation. Cela donne un rythme et une ambiance encore plus spéciale à l’histoire. C’est encore plus touchant, en fait. En plus de cela, Arnaud Cathrine intègre de la musique, des paroles qui résonnent de facon particulière pour ces jeunes. Suicide Social d’Orelsan m’a tout particulièrement interpellé, sachant que c’est une de mes chansons préférées lorsque je suis en colère contre les injustices du monde. Il en va de même pour Réalitée augmentée de Nekfeu… Bref, j’ai aussi tendance à chercher les mots dans des paroles de chansons, du coup, cela m’a beaucoup parlé.

https://www.deezer.com/plugins/player?format=square&autoplay=false&playlist=false&width=300&height=300&color=007FEB&layout=dark&size=medium&type=tracks&id=137260114&app_id=1

Si le premier tome de la saga reste mon préféré pour les émotions transmises, j’ai tout de même beaucoup aimé cette troisième saison. De nouvelles thématiques sont abordées, puisque les personnages grandissent, et nous évoluons avec eux. C’est une belle fin, que la saga méritait.

Ma chronique de la saison 1

Ma chronique de la saison 2

5 réflexions sur “A la place du cœur, Saison 3 d’Arnaud Cathrine

  1. Pingback: IMM #158 : 12 au 18 mars 2018 | Sorbet-Kiwi

  2. Pingback: Le challenge des sagas 2018 | Sorbet-Kiwi

  3. Pingback: Bilan #45 : Mars 2018 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.