Le journal d’une âme rêveuse de Camille Pujol

Bonjour à tous !

J’ai entendu beaucoup de bien de cette jeune auteure grâce à son premier livre, Blue, et j’étais donc curieuse de découvrir sa plume. Les éditions Michel Lafon ont eu la gentillesse de m’envoyer son second roman, et je les en remercie. Malheureusement, je n’ai trop apprécié ma lecture.

Alors que l’été touche à sa fin, Adélaïde et Noah passent ensemble leur dernière journée de vacances. Quand ils se séparent, celle-ci tend une lettre à son ami, en lui demandant de ne l’ouvrir qu’après minuit. Quand il la lit enfin, à l’heure convenue, Noah apprend le cœur serré qu’Adélaïde s’en va et qu’elle ne souhaite pas le revoir. Tout ce qui lui reste d’elle désormais, c’est cette clé de boîte postale qui accompagne sa lettre.
Dans cetet boîte, Noah trouve une enveloppe contenant le journal d’Adélaïde. Celle-ci y décrit ses rêves, ses espoirs, mais aussi le drame secret que cache ce départ précipité. Mais Noah n’a pas dit son dernier mot, et si Adélaïde pense que tout est perdu, le garçon est déterminé à lui montrer qu’ensemble ils peuvent réaliser un nouveau rêve. Même s’il s’agit peut-être du dernier.

Des le début de ma lecture, je me suis rendue compte du style très scolaire de l’ensemble. Du coup, j’ai eu beaucoup de mal a rentrer dedans, au point de poser le livre et de l’oublier. S’il n’y avait pas eu le week-end a 1000, pour lequel je me suis forcée de le finir, je ne sais pas si j’aurai réussi a continuer. C’est un peu rude, mais je n’ai pas du tout accroché au style. On sent que l’auteure est encore lycéenne, dans la façon d’écrire tout simplement. Cela dit, elle écrit très proprement, on peut donc déjà lui prédire un bel avenir si sa plume évolue.

Notamment grâce à l’histoire. Celle-ci est recherchée, et j’ai bien aimée le fait de découvrir plusieurs points de vue. Bon, cela manquait un peu de naturel, mais en soit, j’ai été intriguée par l’histoire une fois que je m’y suis remise. Le journal était assez intrigant, et l’idée de base avait vraiment tout pour me plaire. Je trouvais simplement dommage que la grande révélation soit si prévisible. Cela m’a un peu gâché la lecture, surtout que les réactions de Noah étaient assez puérils. Soit, il a 18 ans, mais j’ai eu vraiment du mal à comprendre ses réactions. C’est là qu’on peut se dire que je ne suis peut-être simplement plus le public cible ? Mais je dois dire que le temps où je mangeais des kebabs n’est pas si lointain, et j’ai pu traîner avec des garçons qui roulaient en scooter… Mais jamais, je dis bien jamais, je n’ai vu quelqu’un fourrer un kebab dans sa poche arrière de jeans… Non, vraiment, même quand il est emballé il y a de l’huile partout, alors le mettre dans sa poche de jeans ? Cela m’a interpellé mais illustre le manque d’authenticité de certaines situations, simplement.

« Je ne te dirai pas où je suis, Noah, parce que je pense qu’après avoir lu entièrement ce journal, tu ne me verras plus de la même façon. Je ne suis pas partie à cause de toi ou à cause de qui que ce soit d’autre. Ce n’est la faute de personne, donc ne cherche pas de coupable. Tout ce que tu as à savoir, c’est que je suis partie heureuse. C’est à cela que sert mon journal, à te montrer que j’ai vécu une vie extraordinaire jusqu’à mon départ. »

Cela dit, même si j’avais compris longtemps à l’avance pourquoi Adé était partie, je ne m’attendais pas du tout à la conclusion. Elle détonne vraiment du reste du roman, et c’est un vrai point positif à mon sens. Mais comme de nombreuses lectrices, je n’aurai pas dit non à un épilogue. Parce que, même si la fin est puissante, elle tombe quelque peu à plat, sans conclusion. Je ne suis pas une fan de fins ouvertes aussi, cela doit certainement jouer, mais j’avais une impression d’inachevé.

Bref, si l’histoire manque de naturel, et que l’écrit est très scolaire, je pense que Camille Pujol a un bel avenir devant elle. Je proposerais cette lecture à un public adolescent sans hésiter, qui peut peut-être d’avantage comprendre les réactions des personnages. Avec de la maturité, je suis certaine que l’auteure nous proposera de très belles choses.

Publicités

2 réflexions sur “Le journal d’une âme rêveuse de Camille Pujol

  1. Pingback: Bilan #44 : Février 2018 | Sorbet-Kiwi

  2. Pingback: IMM #153 : 22 au 28 janvier 2018 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.