Celui qui chuchotait dans les ténèbres de H. P. Lovecraft

Bonjour à tous !

J’ai toujours eu envie de découvrir l’univers de cet auteur dont parle souvent Stephen King, et ce dernier le considère comme une inspiration et un maître de son art. Alors, je ne sais pas si je suis tombée sur la mauvaise oeuvre, ou si je suis simplement insensible au genre, mais je suis loin d’être transcendée.

Des voix inquiétantes qui hantent les collines, de mystérieuses empreintes de pas, une grosse pierre noire gravée de hiéroglyphes à demi-effacés. Un professeur de littérature, passionné par les légendes et le folklore de la Nouvelle-Angleterre, découvre le secret d’étranges créatures dissimulées dans les bois obscurs et plonge dans un univers terrifiant.

Dés le départ, j’ai trouvé l’écriture agréable a lire. C’est d’une grande qualité littéraire, honnêtement, et on sent que l’auteur est issu du début du XXème siècle justement à travers cela. D’un autre coté, j’étais parfois un peu perdue, déjà dans les trente premières pages, à cause du travail de mise en place du cadre. Dans la première partie, Wilmarth, le professeur de littérature, nous explique ses échanges avec un certain Akeley. Ce n’est donc que retranscription de lettres et de documents, et je dois dire que j’ai trouvé cela plutôt soporifique. En plus, je me suis rapidement rendue compte que ce texte fait clairement partie du genre de la science-fiction. Je n’apprécie pas du tout cet univers là, et encore une fois, je n’ai pas su entrer dans l’histoire pour cette raison. Alors que ce petit roman ne fait que 120 pages, je me suis retrouvée bloquée à la trente-huitième sans trouver la motivation de continuer.

De plus, je n’ai pas toujours tout compris, parce que Wilmarth et Akeley font assez régulièrement référence a Ctulhu, que je n’ai pas lu (et ne compte pas lire, du coup). Il me manquait très clairement des éléments à la compréhension du texte, notamment sur les créatures, mais finalement, je ne trouve pas que cela fasse une grande différence. Au niveau de l’ambiance en tous cas. Effectivement, c’est sombre, et mystérieux, et clairement approprié à la saison de Halloween. Dans la seconde partie, Wilmarth décide de se rendre auprès du fermier, et c’est là que c’est sensé être horrible. Mais comme dit, la science-fiction ne m’angoisse pas, je riais déjà devant Mars Attacks! à 6 ans. Autant vous dire que je suis passée à coté de l’aspect terrifiant du récit.

Je me dis finalement que je ne regrette pas d’avoir découvert cette histoire. Elle permet de tâter le terrain et de se rendre compte si on apprécie ou non l’auteur. Pour ma part, je sais que je ne vais pas me pencher d’avantage sur sa bibliographie, à moins que vous ayez des récits de sa plume à me conseiller qui ne concernent pas des créatures venues de l’espace ? Je trouve que c’est important de le sous-ligner, pour éviter a des personnes comme moi qui apprécient un certain types de créatures mais pas du tout d’autres. J’aurai voulu du fantastique, en fait. Des fantômes, des monstres humanoïdes ou autre, mais pas d’êtres intergalactiques. Dommage.

J’ai été surprise par le genre, qui est clairement de la science-fiction, alors que je m’attendais à de l’horreur de type fantastique. Déception pour moi qui n’aime pas ce type de lectures, mais la qualité de l’écriture est indéniable. Une histoire parfaite pour Halloween si vous appréciez les aliens, donc !

Publicités

11 réflexions sur “Celui qui chuchotait dans les ténèbres de H. P. Lovecraft

  1. Pingback: Challenge : A vos PAL #67 – Thème : Halloween + Une semaine à 1000 chez le Petit Pingouin Vert #9 | Sorbet-Kiwi

  2. Oh, tu n’as peut-être pas commencé Lovecraft avec le bon livre ! Moi aussi, il m’a rendue curieuse très longtemps sans que je m’y mette et je n’en ai lu qu’une seule nouvelle très récemment. J’ai suivi le conseil d’amis pour commencer par un texte très accessible, plus porté sur la folie que l’auteur aime beaucoup traité que sur un univers complexe reprenant le mythe de Chtulhu ou des thèmes de SF ou autre et j’ai vraiment bien accroché de cette façon-là. J’ai l’impression que c’est un auteur à l’univers très complexe et si on ne le prend pas par le bon bout, ce doit être difficile de rentrer dedans^^

  3. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #44 | Sorbet-Kiwi

  4. Pingback: Bilan #40 : Octobre 2017 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.