La petite herboristerie de Montmartre de Donatella Rizzati

Bonjour à tous !

Voilà un roman qui aura fait parler de lui chez les Lectrices Charleston, cette année. En effet, la couverture a été sujet à débat, mais cela valait vraiment le coup, vu comme elle est belle ! Surtout pour une histoire aussi belle et fraîche, parfaite pour l’été !

Paris, novembre 2004. Viola Consalvi passe pour la première fois la porte d’une herboristerie tout près de la rue Lepic, à Montmartre. Pour cette passionnée de naturopathie, la découverte de ce lieu hors du temps est un véritable coup de foudre. Au contact de cet endroit magique et de sa propriétaire, Gisèle, la jeune étudiante est confortée dans son choix d’étudier la médecine alternative, choix que n’a hélas pas accepté sa famille. Son diplôme en poche, Viola retourne à Rome et rencontre l’amour en la personne de Michel. S’ensuivent six ans de bonheur, qui volent en éclat quand Michel décède brutalement d’un arrêt cardiaque. Bouleversée, anéantie, Viola se sent basculer. Au plus fort de la tourmente, une idée lui traverse soudain l’esprit : et si elle retournait à Paris, là où tout a commencé ?

Encore un roman Charleston que j’ai dévoré en un rien de temps. Simplement parce que la bannière ne ment pas, c’est un vrai roman feel-good, qui nous montre que la reconstruction de soi peut être laborieuse, mais qu’elle est toujours possible. Viola est une jeune femme assez simple, qui aime les choses simples, sans prises de tête. Elle quitte le cursus basique de la médecine pour devenir naturopathe, d’abord à Paris, puis avec Michel, son mari, à Rome. Malheureusement, celui-ci décède. Et là voilà au fond du gouffre. Après un an à se tourner et se retourner dans son désespoir, elle décide de revenir là où tout à commencer pour elle : la petite herboristerie de Montmartre, chez Gisèle, qui lui  a tout appris du métier. J’ai absolument adoré Gisèle, qui est un personnage secondaire vraiment travaillé, et qui permet toujours de remettre Viola dans le droit chemin. Elle en a besoin, de temps en temps.

Ce que j’ai vraiment adoré, c’est le thème central : la naturopathie. J’ai découvert un tout nouvel univers, que je ne connais que de nom, et qui m’a vraiment donné envie de le découvrir d’avantage. L’herboristerie est presque un personnage à part entière, en tous cas le lieu est très important dans le roman, on s’y sent bien, on s’y sent chez soi, et quand on ferme la porte, à la fin, on est tout triste que ce soit terminé, mais revigoré grâce à lui, d’une certaine façon. J’ai trouvé ça génial ! Je crois que c’est dans sa relation avec ses patients que j’ai préféré Viola, d’ailleurs, et cela a toujours lieu dans le magasin, ou dans l’arrière boutique, qui va d’ailleurs accueillir plusieurs moments particuliers pour la jeune femme, qui vont la pousser à avancer dans la vie.

En effet, elle est au plus mal, et cette année va lui permettre de réapprendre à vivre, à aller de l’avant. Ce que j’ai trouvé intéressant, c’est le processus qui y est dessiné. Dans les romans feel-good, on a tendance à rendre la vie du personnage graduellement plus positive. Viola est plus réaliste que cela à mon sens, parce que dans sa phase de deuil, elle est réfractaire à la positivé. Celle-là même qui est au cœur de sa science ! J’ai trouvé ça chouette, même si parfois j’ai eu envie de la secouer. Heureusement qu’il y a Gisèle pour trouver les mots ! Le seul petit bémol, c’est le manque de surprise, qui n’en a pas fait un coup de cœur, alors que tous les ingrédients étaient là pour que le roman le devienne. C’est vraiment prévisible, autant pour l’histoire de son père que pour le secret de du barman… Je n’en dis pas plus, parce qu’au delà de ça, je vous le conseille vraiment pour les beaux jours à venir !

La petite herboristerie de Montmartre, avec sa belle couverture, est un roman parfait pour vous accompagner dans ces beaux jours de Mai ou pour cet été. Paris y est une fête, un lieu de reconstruction de soi, mais aussi de nature. J’ai vraiment adoré les sujets qu’il aborde, notamment la naturopathie, une vraie découverte pour moi. Dommage que l’élément de surprise soit manquant, ce qui le place juste en dessous du coup de cœur.

Publicités

20 réflexions sur “La petite herboristerie de Montmartre de Donatella Rizzati

  1. Je suis tellement déçue que la première couverture n’ait pas été conservée !! Je n’aime pas du tout celle-là du coup, j’ai l’impression qu’elle ne colle pas avec l’ambiance du roman (je dis ça sans même l’avoir lu… ^^).

    • Je peux te contredire, elle colle parfaitement au roman 😂 Il est quand même question de deuil, d’écriture, et parfois c’est un peu triste, donc je pense qu’elle Lui va bien 😊 Mais quand je ne l’avais pas lu j’étais aussi pour la première xD

  2. Merci pour la suggestion! Je ne connaissais pas ce livre. Tu sais, pour ta découverte de l’univers de l’herboristerie, tu peux t’y initier ou même aller jusqu’à devenir herboriste thérapeute avec la meilleure école d’herboristerie de langue française et ça se donne en ligne en plus. Ils ont des étudiants de partout dans le monde qui partagent cette même passion. Si ça t’intéresse c’est floramedicina.com . Encore merci pour la lecture. Je t’en redonnerai des nouvelles! 🍃

    • Une de mes meilleures amies est naturopathe donc j’avais quelques infos à ce niveau la, Mais c’est vrai que c’est encore une fois different de l’herboristerie 😊 bonne lecture en tous cas !

  3. Pingback: IMM #124 : 1er au 7 Mai 2017 | Sorbet-Kiwi

  4. Pingback: Bilan #35 : Mai 2017 | Sorbet-Kiwi

  5. Je relis ta chronique parce que justement je suis en train de lire ce roman. Eh bien il m’aura fait un peu galérer ! J’ai eu du mal à entrer dans l’histoire, j’ai trouvé que la mise en place de l’intrigue était bien trop rapide. Le mode de narration m’a un peu perdue, il y avait beaucoup de retours dans le passé, c’était assez confusant. Et surtout… Viola m’a tellement énervée ! J’ai trouvé qu’elle passait son temps à se plaindre. Je n’ai pas trop non plus accroché avec Gisèle, on dirait qu’elle lit dans les pensées de Viola et c’est impossible de viser juste à chaque fois, à ce point là ! Et pareil, je n’ai pas du tout accroché avec la naturopathie, ça m’a fait lever les yeux au ciel ces histoires de chakras et d’iridologie… Bref, j’ai dépassé la deuxième partie et ça va mieux parce qu’enfin on voit poindre la partie feel-good je trouve.

    • Ben je ne le trouve pas feel-good très honnêtement… difficile a dire dans une chronique quand c’est écrit en gras sur la couverture en fait. Et Viola n’a pas fini de se plaindre par contre :S Courage ! Après, comme j’ai une de mes meilleures amies qui est naturopathe, j’ai pu prendre du recul sur le thème, et j’ai bien aimé découvrir une approche qu’elle n’a pas du tout. (D’ailleurs, elle n’est pas fan du tout de la pratique de l’iridologie). Ca ne se résume pas du tout a ca. Mais sinon dans l’ensemble j’ai beaucoup aimé ! Après, je n’attendais pas un feel-good du tout, ca a surement changé ma perception du truc.

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s