Tu peux toujours courir de Valérie Chevalier

Bonjour à tous !

Les québécoises sont fortes pour la chick-lit ! Je pense par exemple à La vie épicée de Charlotte Lavigne, qui est vraiment chouette. Les éditions Charleston nous proposent Tu peux toujours courir de Valérie Chevalier, et Maud et Alice ont de quoi faire concurrence à la belle Charlotte !

Chanteuse dans un bistro, Alice consomme les rendez-vous galants comme on mange du pop-corn devant un film. Jamais d’attachement, c’est plus simple comme ça. Maud travaille dans une salle de gym et rêve de l’amour avec un grand A. Elle a du caractère mais se retrouve souvent prise au dépourvu, car elle baisse la garde trop vite. Entre deux 5 à 7, nos héroïnes courent après le bonheur. Un quotidien tantôt rocambolesque, tantôt douloureux, mais jamais dénué d’humour et d’autodérision !

La chick-lit n’est pas mon genre de prédilection, souvent trop proche de la réalité, bien qu’embaumée, pour me faire vraiment rêver. Maud et Alice n’ont pas de vie plus trépidante que vous et moi d’ailleurs. Alice est une jeune chanteuse célibataire qui profite de la vie comme elle vient. Elle chante dans un bistro, puis va intégrer un groupe de musique qui chante pour des mariages. Maud est coach sportif dans un club de sport, et va devoir faire face à une grosse déception amoureuse. Voilà une jeune femme qui donne son cœur un peu trop facilement, à des hommes pas forcément méritants. Les deux femmes sont meilleures amies, et je retiens vraiment de cette lecture qu’une amitié forte tient le coup, et qu’on n’est jamais seule, même lorsque notre cœur est à ramasser à la petite cuillère.

J’ai eu la chance de pouvoir lire la version québécoise du roman, et qu’est-ce que j’ai ris des expressions qu’ils utilisent ! C’est vraiment très drôle à lire, et c’est un langage bien plus décontracté que notre français, qui semble snob a coté. D’ailleurs, les deux jeunes femmes taquinent fortement Henri à ce sujet, le petit ami français de la colocataire de Maud. On suit donc vraiment les deux jeunes femmes dans leur quotidien, entre les cours de gym de l’une et les week-end mariages de l’autre. Mais évidemment, que serait la vie sans amour ? Il y a une grosse part de romance présente dans l’histoire, forcément. Mais ce que j’ai aimé, c’est que le récit à double voix permet quelque peu de sortir du schéma tout tracé.

Je me suis donc assez attachée a ces deux jeunes femmes, qui m’ont beaucoup fait rire. Je me suis sentie particulièrement proche de Maud, surtout vers la fin. C’est celle des deux qui va vraiment évoluer, et j’ai adoré sa conclusion à elle, particulièrement drôle et moderne. Alice est plus classique, mais du coup, son récit est aussi moins rocambolesque. L’une sans l’autre n’aurait pas marché, mais les deux ensemble donnent un cocktail de rires.

Ce roman est un petit interlude agréable de chez Charleston, en nous proposant une histoire drôle et fraîche. C’est un moment de vacances québécoises, pour nous dépayser et nous proposer un cocktail de rires. J’ai passé un chouette moment avec Maud et Alice, qui auront eu le mérite d’égayer mon quotidien gris de février.

lc-2017 lectrice charleston

Publicités

7 réflexions sur “Tu peux toujours courir de Valérie Chevalier

  1. Pingback: IMM #119 : 27 Mars au 2 Avril 2017 | Sorbet-Kiwi

  2. Pingback: Bilan #34 : Avril 2017 | Sorbet-Kiwi

  3. Pingback: Aux livres exquis de Fanny Vandermeersch | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s