Les été sur la côte, T.1 : Les filles de l’été de Mary Alice Monroe

Bonjour à tous !

En tant que Lectrice Charleston, j’ai la chance de pouvoir découvrir des romans édités en format poche vers lesquelles je ne me serais pas forcément tournée de moi-même, et cela aurait été dommage de rater celui-ci.

Située en plein cœur d’un boisé de chênes et de palmiers nains surplombant la mer, la villa historique de Sea Breeze est la demeure ancestrale de Marietta Muir. Jadis, ses petites-filles adoraient venir y passer leurs vacances, mais voilà des années qu’elles ne lui ont pas rendu visite. Et Mamaw craint qu’une fois qu’elle aura quitté ce monde, les liens familiaux ne s’effritent. La famille Muir est l’une des plus anciennes familles de Charleston, et le sang de leur ancêtre, un capitaine pirate, coule dans les veines des trois petites-filles. Alors, Marietta décide de jeter comme une bouteille à la mer une subtile promesse de butin (des colliers de perles, des meubles anciens à la valeur inestimable, la maison elle-même) pour les appâter et les inciter à revenir. Pendant des années, Carson Muir a erré, sans jamais vraiment s’installer, certaine d’une seule chose: qu’une vie loin de l’océan est une vie vécue à moitié. Perdue, sans le sou, elle quitte la Californie et arrive la première à Sea Breeze, se demandant à quel moment les choses ont pu si mal tourner… jusqu’à ce que l’océan lui envoie son petit miracle. Le lien étonnant qu’elle entretient avec un dauphin aidera Carson à renouer avec ses soeurs et à affronter les souvenirs obsédants et funestes de son père. Grâce au rythme apaisant de l’île, Carson ouvrira son coeur et pourra alors commencer à se tourner vers l’avenir.

les-filles-de-lete-les-etes-sur-la-cote-mary-alice-monroe

Les filles de l’été est une lecture qui peut sembler légère en apparence, mais qui se trouve être pleine de sujets très intéressants. Certains semblent y trouver leur place naturellement, comme l’affrontement des classes sociales, le vieillissement, les secrets de famille ou encore l’écologie, la respect de l’environnement et les conséquences des actes des hommes sur ce dernier. Mais j’ai aussi été surprise d’y trouver un thème comme l’autisme, un sujet trop peu souvent abordé dans la littérature de fiction.

C’est ainsi que l’on découvre Dora, l’aînée des trois sœurs, Maman du petit Nate, enfant de neuf ans atteint d’autisme de type Asperger. Sa maman représente assez bien ce qu’un parent ressent face à cette maladie. J’ai trouvé dommage qu’on ne s’attarde pas d’avantage sur son histoire ou son vécu. Même si le roman parle des filles de l’été de Mamaw, et si les souvenirs ont une place digne de ce nom dans le roman, j’ai trouvé l’histoire trop centrée sur Carson, la cadette. J’avais l’impression de ne rien savoir de Harper, juste assez pour lui trouver une place dans la fratrie. Et la place de Dora me semblait évoquée simplement pour justifier la présence de Nate. Etant donné que c’est une saga, on peut donc supposer que chaque tome serait pour une sœur, même si rien ne l’évoque clairement. C’est peut-être le seul point qui m’a chagriné.

citation-les-filles-de-lete

Dans l’ensemble, j’ai pourtant beaucoup apprécié ma lecture, qui sait se faire légère ou profonde selon l’intensité du récit. J’ai ris, mais j’ai aussi été intriguée, j’ai beaucoup vécue à travers les personnages dont les histoires ne sont pas faciles, au delà au delà de leurs relations compliquées avec leur père. Mine de rien, bien qu’il ne soit plus en vie au moment de l’histoire, il en est bien au centre. Je trouve la constellation familiale également très intéressante, et la structure ainsi que l’histoire de famille très recherchée. Cela fait du bien de voir une fratrie recomposée, on n’en voit que trop peu à mon goût, alors que c’est une réalité bien répandue.

J’ai très envie de connaître la suite de l’histoire, parce que, finalement, ce tome me donnait l’impression d’être une bonne introduction au récit. Il aurait mérité de s’attarder un peu plus sur chaque sœur, mais dans l’ensemble, j’ai beaucoup apprécié ma lecture. Elle est fraîche, et parfaite en été pour se dépayser, ou en hiver, pour se réchauffer.

lc-2017 lectrice charleston

Publicités

12 réflexions sur “Les été sur la côte, T.1 : Les filles de l’été de Mary Alice Monroe

  1. Pingback: IMM #113 : 6 au 12 Février 2017 | Sorbet-Kiwi

  2. Pingback: Bilan #32 : Février 2017 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s