Les larmes de la liberté de Kathleen Grissom

Bonjour à tous !

J’ai été vraiment super heureuse de voir que durant ma aventure Charleston, j’allais avoir la chance de pouvoir lire la suite de La colline aux esclaves ! Quelle joie ! J’ai eu un vrai coup de cœur pour le premier volet, et j’ai adoré celui-ci également.

«Comment aurais-je pu lui reprocher son incapacité d’aimer la partie de moi que je détestais moi-même?» 1824. À la mort de ses parents adoptifs, James s’évertue à cacher une partie de son histoire aux gens qui l’entourent, dont Caroline Chardon de qui il est amoureux. Elle porte d’ailleurs leur enfant, fruit d’un amour interdit. Avant que James ne lui dévoile son terrible secret, il apprend que le fils de son fidèle serviteur, envers qui il a une grande dette morale, a été capturé et vendu comme esclave. James décide alors de partir à la recherche du jeune garçon: le retrouvera-t-il à temps? Réussira-t-il à avouer à sa douce promise ce qui le hante depuis tant d’années?  À travers les vies et les destins de Sukey, de Pan et de Henry, de Robert et de Kitty, découvrez les États-Unis au temps des plantations et de l’esclavagisme. Un véritable hymne à la liberté et à la richesse du cour.

les-larmes-de-la-liberte-kathleen-grissom

Pour moi, Les larmes de la liberté est vraiment la suite de La colline aux esclaves, puisque l’histoire reprend là où la première s’arrête. Si on peut lire celui-ci sans avoir découvert son prédécesseur, je conseille tout de même sa lecture pour une meilleure compréhension de là d’où Jamie vient. Il est le fils de Belle et de Marshall, un directeur de plantation qui a violé sa demi-sœur esclave, il est donc considéré comme étant noir, bien que son père soit blanc. Il a eu de la chance, il a hérité du teint de Marshall, ce qui va lui permettre de s’en sortir dans la vie. Jusqu’au jour où il doit retourner au pays de l’esclavagisme, dans le Sud des USA. Pour moi c’est une suite, parce qu’on sait qui sont Lavinia, à qui il écrit des lettres, il va recroiser Rankin, Jake… On va retrouver Ida et Sukey… Enfin bref, connaître le background de toutes ces personnes aide tout de même énormément à la compréhension plus globale du roman.

Ce qui me touche toujours dans ces histoires sur l’esclavagisme, ce sont les conditions des personnes noires. Ça me chamboule toujours terriblement, cette injustice à laquelle les esclaves doivent faire face ! J’ai envie de les prendre sous ma jupe et de les protéger, de les cacher, de rendre tous les coups qu’ils prennent ! Vraiment, ce genre d’histoires me prennent aux tripes, et Les larmes de la liberté ne fait pas exception, surtout dans la deuxième moitié du roman. Bien qu’il ne soit pas aussi terrible que le premier, il reste assez sombre par endroits, et cela le rend vraiment profond à mon avis.

citation-les-larmes-de-la-liberte

J’aime beaucoup le fait que cette histoire prenne le contre-pied de La colline. Alors que Lavinia est une jeune fille blanche qui veut à tout prix être noire, Jamie a la peau blanche alors qu’il est né d’une femme noire, mais veut à tout prix être considéré comme un blanc. C’est intéressant d’aborder les deux thèmes à mon avis. Il me manquait un peu de dramatisme ici pour pleinement apprécier le roman, j’aurai aimé qu’il soit encore un poil plus poignant, plus dérangeant, et plus sombre. Que Jamie soit obligé de faire une introspection finalement, qu’il revienne là où tout à commencé par exemple.

Les larmes de la liberté est un roman magnifique sur l’esclavagisme, sur la condition des personnes de couleur au XIXème siècle. J’aurai simplement aimé qu’il soit encore un tout petit peu plus poignant, aussi sombre que le premier. Mais je ne suis peut-être pas tout à fait objective, puisque La colline aux esclaves a été un vrai coup de cœur. S’il n’est pas nécessaire de l’avoir lu avant, je pense que le lire après pourra répondre à certaines questions que l’on serait amené à se poser face au passé de Jamie.

lc-2017 lectrice charleston

La colline aux esclaves Kathleen Grissom

Chronique de La colline aux esclaves

 

Publicités

10 réflexions sur “Les larmes de la liberté de Kathleen Grissom

  1. Pingback: IMM #115 : 20 au 26 Février 2017 | Sorbet-Kiwi

  2. Pingback: Bilan #32 : Février 2017 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s