Beautiful, T.1 : Beautiful Bastard de Christina Lauren

Bonjour à tous !

Cela fait très longtemps que j’entends parler de cette saga érotique. Je me méfie toujours de la littérature érotique, mais ce domaine s’est tellement développé, et amélioré, que je n’ai pas résisté à la tentation d’acquérir ce premier tome sur un marché aux puces il y a deux ans. A présent, j’en ai cumulé 6 dans ma PAL, et je me suis dis que le week-end à 1000 du mois dernier était l’occasion parfaite d’en enchaîner plusieurs pour découvrir ce dont tout le monde parle.

logo-beautiful-saturday

Brillante et déterminée, Chloé, sur le point d’obtenir son MBA, n’a qu’un seul problème : son boss, Bennett. Trentenaire séduisant, arrogant et égocentrique, il est aussi odieux que magnétique. Un Beau Salaud. Après plusieurs années passées en France, Bennett revient à Chicago pour occuper un poste important au sein de l’entreprise familiale – un grand groupe de communication. Comment imaginer que sa collaboratrice, Chloé, serait cette ravissante et exaspérante créature de 26 ans, au charme certain et à l’esprit affûté, qui n’entend rien pas sacrifier de sa carrière ? Si Bennett et Chloé se détestent, leur attirance mutuelle, inexorable et obsédante, les conduit à tester leurs propres limites et à enfreindre, une à une, toutes les règles qu’ils s’étaient jusque-là imposées. A une seule fin : se posséder. Au bureau, dans l’ascenseur, dans un parking. Partout … Arrivés à un point de non-retour, fous de désir, Bennett et Chloé parviendront-ils à mettre leur ego de côté pour décider enfin de ce qu’ils acceptent de perdre ou de gagner ?

beautiful-bastard-christina-lauren

Je me méfie de ce genre pour plusieurs raisons. La première est souvent l’écriture. J’ai tendance à la trouver non-recherchée, crue, voir même exaspérante ! Mais ici, elle est abordable. Evidemment, c’est un peu directe par moment, mais ce n’est ni gênant, ni inapproprié. Je l’ai trouvé fluide, cela se lit vraiment très rapidement. L’écriture n’est pas des plus recherchées, mais le fait d’alterner entre le point de vue masculin et féminin, de découvrir autant ce qui se passe dans la tête de Bennett que celle de Chloé aide à vraiment bien cerner l’attitude de chaque personnage et de les apprécier à leur juste façon.

J’ai beaucoup apprécié Bennett tout comme Chloé. C’est souvent l’autre soucis que j’ai avec la littérature érotique. Les femmes sont souvent a) maladroites b) naïves c) sans caractère. Mais Chloé n’est pas comme cela, elle est déterminée, forte et n’a pas la langue dans sa poche. Et si Bennett est riche, il le doit lui aussi à sa motivation et son sens du perfectionnisme. Il a la chance d’avoir Papa pour aider, évidemment, mais pas que. Mais c’est là que vient mon plus grand reproche à ce premier tome : on ne sait rien d’eux ! Et c’est vraiment dommage. J’aurai aimé savoir quels liens Chloé entretenaient avec sa mère, lesquels avec son père, le mariage de celui-ci avec une nouvelle personne. Voir comment Bennett a grandit, ce qui la poussé à devenir tel qu’il est aujourd’hui. Mais non, rien.

citation-beautiful-bastard

Donc en fait, sur 328 pages, 300 sont du sexe, et 28 un peu de dialogues et de pensées intimes. Ils discutent très peu d’eux, et même si je me doute que le sexe est important dans une relation électrique telle que la leur, et que c’est ce que le public attend, j’aurai vraiment aimé qu’ils apprennent à se connaître. Ils s’aiment, mais juste pour le physique finalement ? Comment est-ce possible ? Ce qui donne l’impression, en refermant le roman, d’avoir eu affaire à de nombreux clichés, sans rien pour les étayer et leur donner du sens, malheureusement.

J’ai trouvé ce premier tome de la saga divertissant, j’ai bien ris de leurs échanges qui sont tout sauf cordiaux, j’ai aimé les voir s’aimer et se détester, se rejeter pour se reprendre, et ne plus savoir quoi faire pour sauver leur situation professionnelle désastreuse. Il me manquait surtout de la profondeur, qui est, en fait, inexistante. J’ai du mal à concevoir l’amour sur un plan purement physique, et j’attends vraiment d’apprendre à connaître les personnages dans le tome suivant.

love-is-in-the-air

Publicités

15 réflexions sur “Beautiful, T.1 : Beautiful Bastard de Christina Lauren

  1. Je te rejoins sur le fait que j’avais eu mal avec les 80% sexe et 20% dialogue.. J’avais même fini par tourner des pages sans les lire. J’ai trouvé les autres couples un peu moins « passionnel » et c’est pourquoi je n’avais pas continué la saga, même si je l’avais trouvé divertissante et qui change un peu du contemporain que je lis tout le temps 🙂

  2. je n’ai lu que ce tome de cette saga, et j’en avais vraiment marre de tout ce sexe ! j’ai fais une overdose ! comme toi j’ai trouvé que l’histoire était vraiment peu présente et peu profonde 😦 j’attends ta chronique du tome 2 pour voir si je lui laisse une chance 🙂

  3. Pingback: IMM #14 : 3 au 9 Novembre | Sorbet-Kiwi

  4. Pingback: Bilan #32 : Février 2017 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s