Comment j’ai appris à voler de Kathryn Holmes

Bonjour à tous !

Un grand merci aux éditions Hugo New Way pour l’envoi de ce roman qui traite de sujets difficiles avec justesse.

Sam rêve depuis toujours d’être une ballerine professionnelle. Mais c’était avant que son corps ne s’en mêle, à s’arrondir à des endroits inappropriés… Bientôt, la jeune fille qui la regarde dans le miroir devient une étrangère.  Après une série d’attaques de panique, sa mère – qui ne fait qu’accentuer ses complexes – décide de l’envoyer dans un centre de traitement pour jeunes rencontrant des problèmes d’acceptation de soi. Obligée de se livrer devant de parfaits étrangers, Sam n’a plus le choix. Si elle veut participer au ballet dont elle rêve tant depuis des mois, elle doit aller jusqu’au bout du programme. Elle trouve du réconfort auprès du bel Andrew, l’un des animateurs, et apprend peu à peu à dompter ses démons.  Mais alors que les désillusions et les trahisons s’enchaînent, Sam trouvera-t-elle la force d’accomplir ses rêves ?

comment-jai-appris-a-voler-kathryn-holmes

Déjà, j’ai envie de complimenter cette couverture que je trouve sublime ! Cette jeune fille qui s’élève dans les airs correspond parfaitement à l’image que je me faisais du mental de Samantha : tiraillée et enchaînée à ses démons, tout en étant d’une beauté époustouflante. Sauf que Samantha ne s’en rend pas compte. Elle se sent toujours trop large, trop grosse, de trop tout court… Et je me suis énormément reconnue là dedans. Mais son plus grand problème se situe dans sa passion : le milieu de la danse classique est intransigeant et cruel, surtout à l’égard du corps. Et elle en souffre cruellement, partagée entre sa passion pour la danse, et le rejet auquel elle doit faire face.

On trouve ici de nombreuses problématiques adolescentes très justement amenées. L’acception des changement de son corps est très important dans ce récit. Il est même le point central, puisqu’il regroupe ainsi les troubles alimentaires, le corps féminin, le désir également… Ces jeunes que Sam côtoie durant son séjour au centre sont aussi victimes de la pression qui repose sur eux à leur âge, et pour certains elle est parentale. Apprendre à suivre son propre chemin, à refuser des choses aux parents tout puissants est également une thématique abordée là. Les crises d’angoisse, la gestion du conflit, la nécessité ou parfois simplement l’utilité d’une thérapie, parfois familiale, y trouve aussi sa place.

citation-comment-jai-appris-a-voler

Toutes ces thématiques peuvent permettre à un adolescent de se reconnaître dans un des pensionnaires. Moi-même, en tant que jeune adulte, je m’y suis retrouvée. Samantha a une problématique plutôt générale, bien qu’elle soit très exacerbée. Mais de nombreuses femmes dans notre société doivent se battre avec leur corps, qui résiste à tous leurs efforts. L’acceptation de soi ne touche pas que les jeunes femmes. Ce roman devrait également être lus par les parents, parfois trop exigeants, trop méchants sans même s’en rendre compte… J’ai néanmoins l’impression que cette pression parentale est un sujet récurrent dans les romans Young Adult américains.

J’ai envie de conseiller ce roman à tous les jeunes et à tous les parents de la terre. Traitant des thématiques très fortes, Comment j’ai appris à voler met en évidence la pression qui repose sur les épaules de tout un chacun, et qu’il faut parfois, simplement, chercher de l’aide pour porter ce poids, ou pour l’alléger. Un roman que j’ai vraiment apprécié !

hugo et cie

Publicités

17 réflexions sur “Comment j’ai appris à voler de Kathryn Holmes

  1. Pingback: Challenge : A vos PAL #45 | Sorbet-Kiwi

  2. J’ai vu passer ce roman, mais la couverture ne m’a pas du tout attirée (trop de rose tue le rose à mon sens), du coup j’ai pas cherché à savoir de quoi ça parlait. Heureusement que je suis tombée sur ta chronique parce que sujet est susceptible de m’intéresser 🙂 Et tout cas tu donnes envie de le lire
    Victoire

  3. Je l’ai commencé hier soir et moi aussi je m’y retrouve beaucoup, d’autant que le milieu de la danse m’est assez familier. On m’a déjà fait les réflexions que l’on fait à Sam, et souvent je pense comme elle sur son image… contente que tu aies passé un bon moment avec cette lecture 🙂

  4. Pingback: Book Fangirling Award #3 | Sorbet-Kiwi

  5. Pingback: IMM #101 : 24 au 30 Octobre 2016 | Sorbet-Kiwi

  6. Pingback: Bilan #29 : Novembre 2016 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s