Les combustibles d’Amélie Nothomb

Bonjour à tous !

J’ai un peu de temps devant moi en ce moment, je me suis donc mise au défi de lire un petit roman par jour. C’est le bon moment pour ressortir du Nothomb, qui se lit rapidement mais fait réfléchir.

C’est la guerre et c’est l’hiver. Deux hommes et une femme sont terrés dans un appartement. Combien de jours leur reste-t-il à vivre ? En attendant, il n’est plus interdit de révéler ses vraies passions. L’amour, le désir, l’intelligence résistent-ils au froid ? A-t-on le droit de consumer ses dernières forces à lire de la mauvaise littérature ? Enfin, à l’heure du choix ultime, quel livre est assez important pour ne pas être mis à l’épreuve du feu ?

Les combustibles Amélie Nothomb

J’ai beaucoup aimé le fait que ce roman soit présenté sous forme de pièce de théâtre. Nous avons droit à un long dialogue entre Le Professeur, Daniel et Marina. C’est surtout le personnage de Marina que j’ai trouvé très intéressant. Elle est ce qui représente le mieux l’évolution des gens au cours de cet hiver désastreux. Elle passe d’une extrême à l’autre, parce qu’elle a froid. Son objectif de départ est de brûler les 2000 livres du professeur. Celui-ci s’indigne évidemment, puis se fait à l’idée, petit à petit. Leurs relations sont utopistes au départ, puis se dégradent, au fil des pages.

Au delà de cette analyse de la société, j’ai beaucoup aimé la question que soulève Nothomb dans ce roman : Quel livre auriez-vous le moins de scrupules à détruire ? On a tendance à se demander lequel on sauverait, mais il est tellement plus logique de commencer dans l’autre sens. Dans ce cas là, il s’agit de les brûler. Au final, la dernière question est : Quel livre vaut plus que votre vie ?

citation-les-combustibles

De manière générale, ce que j’ai aimé, ce sont les réflexions philosophiques que soulève ce roman. La question du bien et du mal, de la morale et de l’étique, du respect des autres et de leurs besoins, de l’acceptation de leur douleur également… Le livre a une place centrale, évidemment, puisque l’amour de ces étudiants et de leur professeur pour la littérature est évident. Et pourtant, il est aussi celui qui va ouvrir de nombreux débats, bien avant qu’ils soient tous brûlés.

Même si ce roman pose des questions très intéressantes, il n’en reste pas moins un peu court, et j’ai eu du mal avec le coté absurde de certaines situations. Mais j’ai aimé le fond de l’histoire, celui qui nous questionne, nous qui avons chauds. Alors, quels livres auriez-vous le moins de scrupules à détruire pour vous chauffer les fesses ?

Publicités

17 réflexions sur “Les combustibles d’Amélie Nothomb

  1. C’est souvent trop court un Nothomb malheureusement… J’adore celui-ci et j’avoue que je ne m’en souvenais plus bien. Merci de m’en rappeler le contenu lol
    Pour te répondre… Les twilight de ma sœur 😇😂

    • Je comprends, j’en ai encore quelques uns d’elle dans ma PAL, certains plus petits que d’autres, mais il faut toujours que j’espace mes lectures parce que je m’en lasse assez vite. En fait, son extravagance m’empêche d’être touchée par ses romans, et c’est dommage, parce qu’il y a de quoi faire, comme dans Mercure par exemple.

  2. J’ai lu beaucoup de livres d’Amélie Nothomb, mais pas celui-là ! J’avoue que c’est pas celui qui m’inspire le plus, mais à voir… L’avantage avec ses livres, c’est qu’ils se lisent toujours très vite !

  3. Pingback: Bilan #27 : Septembre 2016 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s