Jardins des vagabondes de Vincent Gravé

Bonjour à tous !

J’ai trouvé ce roman graphique à la médiathèque, en papillonnant. Il m’avait l’air vraiment sympathique, et je ne suis pas du tout déçue.

À travers une série de rencontres parfois surprenantes et décalées – avec un trader de la défense ou un féru d’alchimie…– Vincent Gravé nous invite à une découverte de l’univers de Gilles Clément, inventeur du concept de « jardin en mouvement ». Du parc André Citroën à l’île Derborence, oasis verte et sauvage en plein coeur de Lille, en passant par le Musée des arts premiers du quai Branly, le dessinateur – enquêteur – figuré sous les traits d’un chat noir armé de son carnet de croquis – s’initie aux principes et à la symbolique qui président à quelques unes des créations majeures du jardinier devenu professeur au collège de France. L’album se termine par une conversation avec le maître lui-même, dans l’intimité de son jardin personnel, créé autour de sa maison de campagne creusoise, véritable matrice et terrain d’expérimentation nourrissant ses grandes créations publiques.

jardins des vagabondes Vincent Gravé

Je trouve avant tout le graphisme très intéressant, c’est d’ailleurs pour cela que je me suis penchée sur ce bouquin. On nous parle de jardins, de couleurs, d’équilibre, alors que tout est en noir et blanc, et je trouvais cela chouette. Que l’auteur se dessine lui-même en chat également, parce qu’il se place symboliquement comme un être respectant la nature, et vivant dans les jardins notamment.

Afficher l'image d'origine

On a ici une oeuvre qui nous apprend la biodiversité, le respect de l’environnement, et ce que je trouve intéressant également, c’est le fait que ce roman graphique nous apprend que l’esthétisme ne fait pas tout, et que si on aime la nature, on l’aime en friche, et non toute propre, arrangée, dérangée ?

Afficher l'image d'origine

En travaillant énormément sur les ombres, Vincent Gravé nous emmène à travers ces jardins comme si on y était. Ajoutez à cela les dialogues, qui sont les conversations entre l’auteur et les différents responsables ou amateurs de jardins, et on s’y sent tout de suite bien. L’alchimiste par exemple, est quelqu’un de très philosophique, et j’ai beaucoup aimé découvrir sa conception de la nature, de la place de chaque élément dans cet espace qu’est le jardin, et sa vision globale des choses. J’ai aussi beaucoup apprécié la façon dont Gilles Clément parle de son antre, son éthique de vie, son positionnement en tant qu’homme dans son jardin.

Afficher l'image d'origine

Pour quelqu’un comme moi, qui vit à la campagne et ne connait pas du tout les jardins florissant en villes, j’ai beaucoup apprécier découvrir les idées derrières ces lieux de paix, de calme, de bonheur. Un roman graphique que je conseille à tous les amoureux de la nature.

Logo M comme Médiathèque

Publicités

3 réflexions sur “Jardins des vagabondes de Vincent Gravé

  1. Pingback: Bilan #26 : Août 2016 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s