Blacklistée de Cole Gibsen

Bonjour à tous !

J’écris cette chronique à chaud, d’un roman qui m’a totalement bouleversé, chamboulé, retourné… Trouvez le synonyme qui vous le plait le plus, et ajoutez le là. Merci à Hugo New Way pour l’envoi de cette tempête qui vient emporter mon esprit et mon cœur très loin à l’horizon.

En apparence, Regan Flay a tout ce dont on peut rêver. A 17 ans, elle est populaire, étudie dans l’un des meilleurs lycées du monde, et ses parents ont les moyens de satisfaire le moindre de ses souhaits. Mais sa vie bascule le jour où, en arrivant en cours, Regan découvre ses textos et messages privés Facebook placardés sur les murs du lycée. Vacheries, mensonges, insultes, manipulations : tout est là, exposé aux yeux de chacun. En une seconde, elle passe du statut de princesse à celui de véritable paria. Ses amis lui tournent le dos, et les autres élèves du lycée commencent à lui faire vivre un véritable enfer. Elle trouve du soutien auprès de Nolan, un jeune homme plutôt beau garçon mais légèrement dysfonctionnel socialement. Ce dernier découvre vite que Regan est tout sauf la miss Parfaite qu’elle voulait bien montrer. Sous sa carapace, c’est une jeune fille angoissée, qui a du mal à supporter les exigences de sa mère concernant son avenir. Car rester toujours au top demande une sacrée dose d’énergie, et aucun échec n’est envisageable. Pourtant, la chute de Regan n’est qu’un début, et personne n’en sortira indemne…

Blacklistée Cole Gibsen

Le harcèlement scolaire est un sujet qui me touche énormément. J’ai passé 4 années de ma vie à chercher comment sortir de ce cercle infernal. J’avais une Amber, j’avais une Peyton, et j’ai trouvé un Nolan, d’une certaine façon. Parce que ce roman, ce sont des personnages. Tout se construit autour de Regan, qui, en apparence, a tout pour être parfaite. Mais elle a des secrets qu’elle ne souhaite partager avec personne, pour son bien, pour le bien de sa mère… Mais est-ce que taire qui nous sommes vraiment peut vraiment nous protéger ?

J’ai trouvé tout ce roman tellement juste. La façon dont Regan est à la fois harceleuse et harcelée, comment les harcelés peuvent devenir harceleurs, tous ces sentiments qui bouillonnent en nous à l’adolescence. Et comme le dit si bien Regan, les mots sont indélébiles. On les dit, et ils se gravent dans le cœur de l’autre avec force, pour le marquer au fer rouge. Qu’ils soient gentils, méchants, pensés ou simplement dit à la va vite. On ne peut plus jamais s’en débarrasser. Je vois encore aujourd’hui mon prénom sur ce mur de collège, et je me demande s’il y est encore. Je ne pense pas, un autre l’aura remplacé, mais il sera toujours dans ma mémoire. Et non, il ne m’aura jamais forgé. Mais blessé à jamais.

Citation Blacklistée

Je tiens tout de même à parler de la fin, que j’ai trouvé très optimiste, et elle m’a beaucoup touché. Elle tient à dire qu’il y a une issue, qu’il faut se battre. A défaut de se battre contre les autres, il faut se battre contre le temps. Mais que si on y tient, on peut trouver une solution, qu’il y a des façon de lutter contre le harcèlement. Mon opinion personnel n’est pas en total adéquation avec cela. Je pense que oui, il faut faire quelque chose contre, mais je ne pense pas que ce soit aussi accessible que dans ce roman. N’oublions pas que l’éducation fait beaucoup, qu’elle vienne des parents, des enseignants, de l’entourage, des amis, ou de qui conque nous fait réfléchir (ou nous en empêche ?). Et c’est là que tout commence. Il faut que cela change dans les mœurs, dans les pensées, au plus profond de l’humain. Est-ce possible ? Je me le demande. Surtout lorsque une maman de harceleuse dit à une maman de harcelée « Dans la vie, il y a les forts et il y a les faibles. Je n’y peux rien si ta fille fait partie des faible, et la mienne des forts ». Vous voyez ce que je veux dire ?

En tous cas, c’est un roman qui se lit d’une traite, qu’on ne peut plus lâcher, qui nous torture lorsqu’on est obligé de le poser. Lu en une journée, il m’était impossible de me concentrer sur autre chose, je ne vous explique pas mon état, en réunion de 3h ce matin ! Pour moi, Blacklistée est un roman à découvrir absolument, qui devrait être au programme des collèges et lycées, pour sa justesse mais aussi pour son optimisme face à un sujet à la mode, mais qui n’en reste pas moins délicat.

hugo et cie

Publicités

8 réflexions sur “Blacklistée de Cole Gibsen

  1. Pingback: IMM #83 : 16 au 22 Mai 2016 | Sorbet-Kiwi

  2. Ce roman a l’air bouleversant. Je ne sais pas si je le lirais car j’ai vraiment du mal avec les lectures jeunesses mais ce sujet est tellement fort que je sauterais peut-être un jour le pas.

  3. Pingback: Bilan #23 : Mai 2016 | Sorbet-Kiwi

    • Plus je grandis, et plus je me rends compte qu’on est quand même beaucoup… Au moment où ça nous arrive on se sent tellement seul, alors qu’on est plein. Je comprends pas comment ça peut encore passer inaperçu..

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s