Love letters to the dead d’Ava Dellaira

Bonjour à tous !

J’avais demandé ce roman pour Noel, parce qu’adolescente, j’ai été une fan de Nirvana. Comme beaucoup d’entre nous, et ce roman a su trouver les mots juste afin de m’expliquer pourquoi. Au delà d’un roman jeunesse, c’est une ode à la vie sur un fond de tristesse.

Au commencement, c’était un simple devoir. Ecrire une lettre à un mort. Laurel a choisi Kurt Cobain, parce que sa grande soeur May l’adorait. Et qu’il est mort jeune, comme May. Très vite, le carnet de Laurel se remplit de lettres où elle dresse son propre portrait de lycéenne, celui de ses nouveaux amis, de son premier amour… Mais pour faire son deuil, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente, et faire face à ce qui s’est réellement passé, la nuit où May est décédée.

love letters to the dead dellaira

Laurel est une adolescente qui nous ouvre son coeur. Et ce n’est pas toujours évident d’encaisser les mots d’une ado, qui a tant à dire, et à qui on peut s’identifier, surtout. Parce que je me suis vue en elle. Je n’ai pas connu la mort d’un être chère, mais l’envie de vouloir être quelqu’un d’autre, afin de ne pas avoir à faire face à soi-même, à ce qu’on est devenu, si. A travers ses lettres, Laurel nous livre toute une psychologie de cette période qu’elle traverse. Elle se pose des questions que je me posais aussi, face au suicide, à l’abandon, aux problèmes familiaux, à Dieu, au divorce, à l’homosexualité, ou encore à l’avenir.

Et ainsi, à travers ses questions et ses mots, on la voit grandir, devenir une jeune femme, car elle se livre à des gens morts. En écrivant ces lettres, Laurel prépare sa thérapie. Elle se livre à des gens qui ne pourront plus la juger, puisqu’ils sont déjà décédés. Et j’ai trouvé intéressant de voir que ses émotions étaient liées aux destinataires de la lettre. D’abord, je pensais qu’elle écrivait à Kurt Cobain quand elle écoutait ses chansons, mais pas vraiment. Elle lui écrit quand le suicide et l’abandon d’un enfant la taraude tellement, qu’elle a besoin d’exprimer sa compassion, sa culpabilité et sa haine à sa sœur. Quand elle écrit à Judy Garland, elle exprime surtout sa douleur face à une vie remplie de souvenirs qu’elle ne peut partager avec quiconque. Ou encore à Amelia Earhart, alors qu’elle cherche les mots pour dire à May à quel point elle l’admirait. Il y a encore d’autres destinataires, évidemment, mais finalement, à travers chaque lettre, elle parle à sa sœur en cherchant les mots à exprimer.

Citation Love letters to the dead

Et en cela, je trouve que ce roman devrait être au programme scolaire du collège. Parce que l’auteure nous replonge vraiment dans cette période, elle réussit à poser les mots sur les souffrances, les questions, mais aussi les bonheurs des adolescents. Elle nous apprend que, si on n’arrive pas à exprimer ce que l’on pense à l’oral, ou même à l’écrit à une personne proche, on peut toujours trouver quelqu’un d’autre auprès de qui s’exprimer. Même si cette personne ne nous répondra jamais. Au final, l’histoire en elle-même n’a rien d’extraordinaire ou de fabuleux, mais elle cache une profonde connaissance du cœur d’une jeune personne meurtrie. Et pour ça, chapeau. Si seulement mon petit frère aimait lire…

Love letters to the dead semble être un roman relativement banal, avec une histoire simple, et pourtant, il cache une profondeur incroyable. Laurel se livre aux morts, mais se livre ainsi surtout à nous, nous expose une analyse psychologique de l’adolescence qui ne peut pas nous laisser de marbre. Un roman à faire lire à tous les adolescents qui cherchent des réponses. S’il ne peut avoir réponse à tout, il aura pourtant des pistes pour partir à leur recherche.

a vos pal logo

Challenge deux Noel en moins

1 mois 1 consigne 2016

Publicités

18 réflexions sur “Love letters to the dead d’Ava Dellaira

  1. J’ai acheté ce livre pour l’anniversaire d’une des mes meilleures amies et quand j’ai vu qu’il existait en format de poche je me le suis acheter pour moi-même ^^ j’ai hâte de le lire 🙂
    J’ai l’impression que m’identifirai aussi facile au personnage de May.
    Puis la couverture est très jolie 🙂

    • Franchement, il se lit assez rapidement, il est profond comme tout, j’ai beaucoup aimé 🙂 Mais je n’arrivais pas à m’identifier a May par contre, parce que Laurel l’idéalise trop. Du coup, elle me semblait irréelle. C’est vraiment à Laurel que je me suis identifiée 🙂

  2. Pingback: Challenge : A vos PAL #31 | Sorbet-Kiwi

  3. Pingback: Challenge : 1 mois/1 consigne 2016 | Sorbet-Kiwi

  4. Pingback: IMM #69 : 21 au 27 Décembre 2015 | Sorbet-Kiwi

  5. Pingback: Bilan #22 : Avril 2016 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s