Livre Paris : le Bilan

Bonjour à tous !

Voici enfin mon article bilan sur le salon du livre de Paris, Livre Paris, où je me suis éclatée avec La Parisienne ! Mille merci à toi de m’avoir permis de venir te voir, et de passer un chouette week-end à tes côtés ! J’espère la revoir très bientôt, c’est vraiment une chouette fille, et si vous ne connaissez pas encore son blog, c’est vraiment le moment d’aller le découvrir !

WP_20160319_09_47_49_Pro

 

C’est donc chez ma copinaute que j’ai passé la nuit, et elle m’a emmené à travers le métro de Paris. Je suis vraiment nulle dans les grandes villes, sauf Strasbourg, et je suis tellement paresseuse de chercher, que je suis prête à payer le taxi, vous voyez ? Donc sans elle, je serais ruinée aujourd’hui ! (Encore plus que je ne le suis déjà).

Je ne suis allée à aucune conférence, étant donné que je n’avais qu’une journée. J’ai préféré flâner du coin de la Corée, qui proposait de très chouettes romans. D’ailleurs, je ne peux que vous conseiller Le garde, le poète et le prisonnier, que j’ai vu là-bas en poche ! Il est absolument génial, tellement touchant. Mon coup de cœur de l’année dernière.

Citation Le garde le poete et le prisonnier

Ma chronique

J’étais assez indignée de ne pouvoir emmener de romans à faire dédicacer, mais finalement, je savais déjà que j’allais en acheter plein de nouveaux. Donc, au bonheur des organisateurs certainement, j’ai pris cette raison comme excuse pour un craquage total. J’ai commencé la journée par Agnès Martin-Lugand, puisque j’avais adoré Les gens heureux lisent et boivent du café. A la base, je voulais acheter la suite, La vie est facile, ne t’inquiète pas, mais j’ai décidé d’attendre sa sortie en poche. J’ai donc choisi Entre mes mains le bonheur se faufile. C’est une auteure très sympathique, qui n’hésite pas à faire la bise à ses fans les plus proches, à prendre des photos, et qui est à l’écoute de nos petites anecdotes. J’ai pris plaisir à la rencontrer, elle est souriante et agréable, de quoi bien commencer la journée, c’est mieux qu’un bon latte !

Juste en face, j’ai eu beaucoup de chance, j’ai vu que Michel Moatti était installé en dehors de ses heures de dédicaces. Il est très agréable et nous avons bien échangés autour de son premier roman, Retour à Whitechapel. Une discussion relativement longue autour de l’évolution des idées des écrivains a suivi, et c’était vraiment intéressant. Il m’a parlé de son nouveau roman, tout fraîchement sorti, Alice change d’adresse, mais je me suis décidée pour la suite de son tout premier roman, Blackout Baby.

Après la pause repas, que j’ai pu passer avec La Rousse Bouquine, Carnet Parisien et My Pretty Books, de vrais amours, j’ai rencontré Stéphane Allix. Je n’ai pas encore pu en parler sur le blog, c’est donc le moment. Stéphane Allix est un chercheur, auteur, réalisateur autour de la vie après la mort. Mais au détour de ma rencontre avec lui, j’ai appris qu’il a également écrit un essai autour des extraterrestre, qui est publié chez Albin Michel mais également chez J’ai Lu ! Mince alors, je ne savais pas. Je suis allée le voir pour échanger autour de son essai La mort n’est pas une terre étrangère, que je ne peux que conseiller si vous vous intéressez à la vie après la mort. Je l’ai racheté, puisque je l’ai prêté à quelqu’un qui ne me l’a jamais rendu. Merci à toi, voleur ou étourdi.

En me baladant, j’ai vu que les éditions Fei avaient leur stand également, et que Li Lu, l’auteure de l’Ombre de Shanghai y était en dédicace. Parfois, le hasard fait bien les choses, puisque je n’avais pas du tout prévue d’acheter le tome 3, ni de me le faire dédicacer, mais c’est chose faite. La voir dessiner était très intéressant, même si nous n’avons pas du tout échanger, elle avait l’air très concentrée, et pas franchement bavarde, ce que je peux comprendre.

J’ai continué ma petite balade, pour aller rencontrer Karine Giebel. Mais franchement, elle avait au moins 15min de retard, la file était bien longue, et du coup, j’ai abandonné. Je ne suis pas du genre à faire la file 2h pour rencontrer une auteure qui va machinalement signer mon roman parce qu’elle a un temps imparti, et doit faire des signatures usines. Je ne sais pas si c’est le cas pour Giebel, elle se prend peut-être le temps d’échanger, mais j’ai envie de papoter un petit peu, et ils ont assez de succès déjà, donc ce n’est pas très grave. Je suis donc allé voir Valérie Perrin, auteure des Oubliés du dimanche, que j’ai hâte de lire. Elle était vraiment l’auteure la plus sympathique de tout le salon selon moi. Elle se réjouissait tant de rencontrer ses fans, c’était trop chou ! Si vous avez l’occasion, aller la voir, c’est un amour.

Et enfin, last but not least, nous avons fait la file pour voir Mathias Malzieu. Très franchement, je ne connais pas le monsieur, j’y suis allée pour ma copinaute Juliette du blog Je lis et je raconte. Une file aussi longue que celle de Nothomb l’attendait, nous avons eu la chance d’être tout devant. Mais je n’avais rien à lui dire, je n’aime pas ça. Il était néanmoins très gentil, et il se prenait le temps de discuter.

WP_20160319_23_41_58_Pro

Donc au final, je n’ai juste pas pu voir Karine Giebel, mais ce n’est pas très grave. J’ai passé un super moment à Paris, avec mon amie, et même si je suis rentrée avec les pieds en compote, et une fatigue incroyable, après m’être séparée de 200€ (sans le train), j’en garde un souvenir génial. J’espère pouvoir y retourner l’année prochaine, même si on peut dire que le salon du livre est une gigantesque librairie, pour dépenser des sous.

Et vous ? Etiez-vous à Livre Paris ? Qu’en avez-vous pensé ?

Publicités

11 réflexions sur “Livre Paris : le Bilan

  1. Justement, le côté « gigantesque librairie » que tu décris me dérange de plus en plus dans le Salon. Je trouve que les changements récents (changement de nom, prix de l’entrée en augmentation, interdiction d’apporter ses livres à faire signer) vont tous dans le même sens : on a l’impression qu’il s’agit d’un hypermarché du livre qui cherche à se faire de l’argent plus qu’à défendre l’amour de la culture et à permettre de belles rencontres. Donc je n’y suis pas allée cette année. Je préfère le salon Radio France fête le livre, et j’attends avec impatience celui de la Fnac à la rentrée de septembre (tous deux gratuits).

    • Je comprends totalement. C’était une première pour moi, mais je préfère largement le petit côté mignon des Imaginales par exemple. Il est également gratuit, et met en valeur de très grands auteurs lui aussi.

      • Je connais les Imaginales de nom (mais comme je ne lis pas de litté imaginaire, je n’y suis pas allée) et c’est un festival qui jouit d’une bonne réputation, en effet.

  2. Je vais essayer de mettre ça en place pour l’année prochaine :). Ca me ferait super plaisir de tous vous rencontrer même si il est vrai que je n’adhère pas trop à la vision des organisateurs.. Espérons qu’il y ai un minimum de changement 🙂
    Bises

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s