Le choix de Rudi de Françoise Dargent

Bonjour à tous !

Hier, j’ai pu terminer mon challenge Week-end à 1000 #5 en lisant ce roman qui m’a énormément touché, bien plus que ce à quoi je m’attendais d’ailleurs. Je l’ai terminé hier, mais je n’ai pas eu le temps de vous en parler tout de suite.

Novembre 1951, Union soviétique. Il fait un froid de loup. Rudi a 13 ans. Il court dans la forêt pour échapper à son père, ce père parti à la guerre et qui n’en est jamais tout à fait revenu, ce père qui ne le connaît pas. Le père de Rudi aurait voulu un fils à son image : un gars qui aime la chasse, qui fera un métier d’homme. Pour Rudi, la vie, c’est la musique et la danse. Sa force, sa puissance, il les met dans chacun de ses pas, de ses pliés, de ses sauts. Bientôt, envers et contre tout, Rudi écrira lui-même son avenir. Bientôt, il vivra son rêve, celui qui va l’emmener à Moscou, Leningrad et à travers le monde, celui où il devient un danseur inoubliable : Rudolf Noureev…

Le choix de Rudi - Françoise Dargent

En découvrant Rudi, j’ai découvert l’URSS des années 50. Je ne connais pas du tout l’histoire russe, mises à part les grandes lignes apprises au lycée, et avec ce roman, on plonge en plein dedans. Cette Russie communiste est très restrictive, mais également très manipulatrice, ce qu’on ressent lorsqu’on découvre la famille de Rudi. Son père veut du fort, viril, il veut un « vrai fils » comme il dit. Ce qui compte le plus, c’est ce que Staline puis Gorbatchev pensent, c’est de respecter les règles sociétales et de rentrer dans le moule. La mère de Rudi est une femme très gentille, très aimante de ses 4 enfants, dont les trois soeurs du jeune homme en plus de lui, mais elle aussi est manipulée. Il est ancien vétéran, elle travaille à l’usine, de bons petits soldats de l’URSS. Tout le monde dans cette famille respecte les règles dictées par l’Etat, sauf Rudi. Rudi veut danser.

Et c’est cette hargne du jeune garcon, que l’on va suivre de ses 12 à 23 ans, qui m’a conquise. Francoise Dargent à vraiment su transmettre cette volonté de fer que personne ne saura jamais faire plier. Rudi a un caractère très fort, et tout ce qui compte pour lui, c’est de danser. Il n’aime ni les filles, ni les garcons, ni la nourriture, ni l’Etat. Il n’aime que Rosa, sa soeur, ainsi que la danse et la musique classique, Beethoven de préférence. Certaines rares personnes vont devenir ses aliés, comme sa toute première professeure de danse, ou son amie cubaine au Kirov. Il aime la danse, et de préférence sur du Prokofiev. On pourrait avoir le sentiment que Rudi est hautain, mais je l’ai surtout admiré, pour sa facon de se battre bec et ongles pour son rêve.

Citation Le choix de Rudi

En fait, la danse est au centre du roman, puisque c’est ce qui intéresse Rudi. Mais son combat contre la vision de son pays est constant. Certain moments historiques ressortent plus que d’autres, comme par exemple la mort de Staline, comme celle de Prokofiev. Comment le deuil national était une torture pour lui, car il était interdit de danser ou d’écouter de la musique. L’école est aussi importante, puisque jusqu’à ses 20 ans, il va s’efforcer de faire l’école buissonière, tout en s’instruisant dans son coin. Rudolf Noureev à toujours sû que son pays lui mentait, et que l’Ouest pouvait lui offrir une liberté bien plus conséquente. J’ai vraiment aimé cette histoire pour cela, pour son analyse, en arrière-plan, de l’URSS de l’époque. A la fin du roman, Francoise Dargent fait la part des choses en expliquant quels éléments sont réels, et lesquels elle s’est permise d’inventer. Et c’est une démarche que j’ai apprécié, car il est impossible, au courant de sa lecture, de pouvoir différencier les deux.

Le choix de Rudi est un roman qui m’a bouleversé. La hargne que montre ce jeune homme pour arriver au sommet est impressionnante, son combat contre la vision de son pays, qui l’en empêche, tout autant. J’ai adoré ce roman, qui m’a plongé dans une URSS totalement inconnue pour moi, et qui m’a fait découvrir un tout autre monde. Epatant.

week end a mille

 

Publicités

7 réflexions sur “Le choix de Rudi de Françoise Dargent

  1. Pingback: Challenge : Week-end a 1000 #5 | Sorbet-Kiwi

  2. Pingback: Bilan #20 : Février 2016 | Sorbet-Kiwi

  3. Pingback: IMM #72 : 01 au 07 Février 2016 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s