Et si c’était vrai… de Marc Levy

Bonjour à tous !

Je viens vous parler aujourd’hui de cet auteur de « romans de gare » comme tout le monde l’appelle, que je me suis enfin décidée à prendre en main. Cela fait longtemps que j’ai ce roman dans ma PAL, acheté sur un marché aux puces il y a des années, avec à l’intérieur une dédicace qui dit « Bonne fête Camille, 14 juillet 2006 ». Je me suis dis que je me devais de découvrir ce célébre écrivain, et c’est chose faite, mais sans grande conviction.

Lauren est dans le coma, c’est indéniable. Mais elle est aussi dans le placard d’Arthur, un peu comme un fantôme, cela est tout aussi indéniable… Arthur, en tout cas, est bien obligé de l’admettre : il la voit, l’entend, la comprend et finit même par l’aimer. Mais que peut-on espérer d’un fantôme que l’on est le seul à distinguer ? On ne tombe pas amoureux d’un mirage, on ne force pas son meilleur ami à dérober une ambulance pour kidnapper un corps dans le coma, on ne ment pas à la police pour sauver une ombre, et pourtant…
Marc Lévy signe ici un premier roman particulièrement grisant, qui s’amuse du lecteur et de ses certitudes, toujours avec légèreté : comme Arthur, on se laisse prendre au jeu de Lauren, et comme lui, on finit par se dire, entre deux rebondissements : Et si c’était vrai….

et si c'était vrai marc levy

On m’a dit que ce roman était un des meilleurs de l’auteur, et cela ne me motive pas vraiment à continuer l’aventure. J’ai trouvé l’écriture très lycéenne, comme s’il avait écrit une fiction pour réussir son bac. Cela veut dire qu’il y a de la qualité, mais pas celle d’un écrivain que l’on souhaite lire à ses heures perdues. J’ai ressenti cela à travers le style de maniére générale, l’usage de certains mots, mais aussi de paragraphes entiers qui résument un moment. Je me doute bien qu’il ne cherche pas à égaler Balzac, j’aurai laché le roman après 10 pages, mais je me suis sentie très distante de l’histoire du coup.

L’histoire en elle-même est d’ailleurs assez étrange. Un homme qui tombe amoureux d’une femme dans le coma, qu’il est le seul à voir, c’est vraiment bizarre, et pourtant, les gens à qui il confie ce secret semblent plus ou moins tolérer cela. Je ne sais pas si c’est parce que j’ai l’esprit fermé, ou parce que j’ai travaillé dans le milieu de la psy quelques années, mais je peux vous dire que si ma meilleure amie venait me raconter cela, je l’emmenerais voir quelqu’un de suite. Du coup, cela m’a encore plus éloigné de l’histoire, puisque je ne comprenais pas la situation, et je ne me sentais concerné par rien à cause du style utilisé.

 » Identifier le bonheur lorsqu’il est à ses pieds, avoir le courage et la détermination de se baisser pour le prendre dans ses bras… et le garder. C’est l’intelligence du coeur. L’intelligence sans celle du coeur ce n’est que de la logique et ca n’est pas grand chose. « 

Bon, je vous tout de même lire la suite, même si la catch-phrase de la fin ne m’a pas emballé plus que cela. On se doute bien quelle tournure l’histoire va prendre, toute douce et mignonne qu’elle est. Si on fait abstraction du fait que le premier quart du roman, j’avais l’impression qu’Arthur me hurlait dessus. Encore une chose très étrange, puisque dans la seconde partie, quand on plonge dans ses souvenirs, il est décrit comme quelqu’un de très calme, réfléchit, intelligent.

Enfin bref, je n’ai pas trouvé ce roman cohérant, ni convaincant. Le style et l’histoire m’ont gardé à distance de la romance entre Lauren et Arthur, qui semblaient sorties d’une autre époque. Je vais tout de même lire la suite, sortie quelques années plus tard, en me disant qu’avec le temps, le talent de l’auteur à du mûrir et se développer. En attendant, je ne comprends pas comment on peut considérer ce roman comme un très bon roman. Les goûts et les couleurs…

1 mois 1 consigne 2016

Publicités

34 réflexions sur “Et si c’était vrai… de Marc Levy

  1. Pingback: Challenge : 1 mois/1 consigne 2016 | Sorbet-Kiwi

  2. J’avais moi aussi aimé ce livre, mais je l’ai lu quand j’avais 14 ans.. Je ne suis pas sure que je l’aimerai autant à présent. Et comme « la tête dans les livres », j’ai enchainé les déceptions avec cet auteur et du coup je ne lis plus rien de lui depuis un bon moment déjà.
    Ca ne va pas te rassurer mais j’avais moins aimé la suite! 🙂

  3. Je suis bien contente de lire ta chronique dont je partage l’avis. Comme toi je m’étais plongée dans cet auteur (pour ne pas mourir idiote). J’ai choisi « Et si c’était vrai » car on m’avait dit également que c’était le meilleur de l’auteur.
    Mais j’ai été très déçue, c’est mou, c’est niannian et honnêtement moi qui pleure pour un rien, je n’ai pas du tout été émue. Cela se fait facile de compréhension pour toucher un maximum. Mais je trouve qu’en faisant cela il perd justement du monde. (Et pourtant je l’ai lu aussi au lycée !)
    Ma règle est de toujours lire un 2ème roman de l’auteur, pour celui-ci j’ai fait l’impasse. Décidément Marc Levy c’est pas pour moi !

  4. Je ne sais pas qui t’a dit que c’était son meilleur mais c’est n’importe quoi ^^
    Je n’étais pas fan de l’auteur au départ non plus, je le snobais…
    Mais bon, voilà, c’est pas du grand art mais ça se lit facilement et il y en a que j’ai vraiment aimé 😉

    • Ma belle-sœur pour commencer, qui a lu tous les Levy ^^ Plusieurs commentaires sur Livraddict, et sous cet article également 😛
      Je ne peux pas dire que je le snobais, puisque je ne juge pas un auteur sans l’avoir lu, et je suis entrain de lire la suite que je préfère tiens ! Il est beaucoup plus dynamique.

  5. Je ne suis pas une grande fan de Marc Levy, j’ai lu  » Et si c’était vrai » il y a longtemps, c’est vrai que l’écriture est digne d’une devoir de lycée ! Et pas très cohérent, et le fait qu’il sorte un livre tous les ans ne m’inspire pas confiance lol

  6. Pingback: Vous revoir de Marc Levy | Sorbet-Kiwi

  7. Pingback: Bilan #20 : Février 2016 | Sorbet-Kiwi

  8. C’est sûr que c’est un auteur populaire, et que le style n’est pas très recherché. Mais j’assume ; parfois j’ai envie de ce genre de livre, facile à lire, et qui m’emmène ailleurs sans avoir à faire trop d’efforts. J’avais lu celui-ci en anglais (trouvé par hasard chez Emmaüs).^^ Je l’avais bien aimé je dois dire. Et là je viens de lire mon deuxième Lévy, L’Horizon à l’Envers (ma chronique est en ligne, postée ce matin). Bon, il y a toujours les mêmes ficelles, les mêmes mécanismes, mais pourquoi pas de temps en temps, pour le plaisir de lire un livre fastoche et qui fait du bien.^^

    • En fait, ce n’est pas tant le style facile qui m’a gêné, j’aime bien lire vite aussi de temps en temps. C’est plus les facilités au niveau de l’histoire justement. Et c’est ce qui me donnait tellement cette impression d’avoir lu un roman écrit par un lycéen. Et puis l’histoire…. trop louffoque pour moi je crois ^^

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s