The Book of Ivy T.2 : The Revolution of Ivy d’Amy Engel

Bonjour à tous !

Voici un roman que j’attendais énormément, et qui s’est retrouvé sous le sapin cette année tant j’en parlais autour de moi. Avec Ludo, de Prends un livre et détends toi, nous avons décidé d’en faire une lecture commune. Et si j’ai globalement mieux apprécié que lui, la déception n’en est pas moins palpable.

J’ai tout perdu. Mon foyer. Ma famille. L’homme que j’aime. Ce serait si facile de capituler, de fermer les yeux et d’attendre que la faim et la soif et raison de moi. Ou bien qu’une bête sauvage me trouve. Ou même un autre survivant… Mais je refuse d’abandonner. J’en ai terminé avec la lâcheté. Il est temps pour moi d’agir, enfin. Bishop me l’avait bien dit, cet univers hostile ne pardonne pas la moindre erreur. Et au-delà e la barrière, c’est encore pire. L’hiver approche, et si je veux survivre, il va me falloir trouver de l’eau, des vivres, un abri. D’autres condamnés avec lesquels m’allier. Mais surtout, je vais devoir faire un choix : dois-je oublier ma vie d’avant, me venger de ceux qui m’ont trahie… ou mener, purement et simplement, la révolution ? Car je ne suis plus une Westfall, ni une Lattimer. Simplement Ivy. Et je suis enfin libre.

the revolution of ivy amy engel

On retrouve Ivy tout de suite après son expulsion, qui s’accroche au grillage autour de Westfall. Et dés le départ, je trouvais que l’histoire se gâtait par rapport à ce que l’on attend, à cause du résumé. On nous propose trois alternatives sur la 4e de couverture : oublier sa vie, se venger ou mener la révolution. Tout va bien, je savais que c’est une jeune fille de 17 ans, qui a été traitée comme un bout de gâteau toute sa vie, et qui va devoir se débrouiller. Peu importait le choix qu’elle allait faire, cela me semblait logique. Par contre, j’ai trouvé le développement de l’histoire ni cohérent, ni même crédible.

En effet, Ivy rencontre des gens, certains bons, certains mauvais, mais à énormément de chance ! Et elle ne s’en rend tout simplement pas compte. On dirait que pour elle, Westfall reste le centre du monde et est le plus gros de ses soucis, alors qu’à l’extérieur, elle pourrait être honnête et s’en sortir. Je l’ai vraiment trouvé immature, et si dans le premier cela ne dérangeait pas trop, parce que Bishop compensait et la remettait toujours à sa place délicatement, avec intelligence, ici, elle me semblait très enfantine. Pourtant, on voit Ivy qui apprend à chasser, qui apprend à monter une tente, qui apprend à ne plus mentir… Une vraie petite princesse en fait.

Citation Revolution of Ivy

Pour en revenir à la crédibilité, je trouvais le monde très proche de la fin du monde des bisounours. Oui, elle risque de se faire violer, de se faire manger par un animal ou doit un peu se battre. Mais contrairement à In the After, les USA post-apocalyptiques sont vraiment doux ici. Et je trouvais que cela n’est pas crédible. On nous parle de radiations dues à une guerre nucléaire dans le premier, mais à l’extérieur, ils ne sont pas touchés ? Personne de l’extérieur n’a jamais pensé à attaquer Westfall pour leurs vivres, leur chance ? Ah non, les seuls problèmes de ce monde tourne autour d’Ivy. Et c’est dommage.

Je sais très bien que je lisais l’histoire de cette jeune femme, mais l’univers créé autour d’elle n’était juste pas assez complet et développé pour me convaincre. Et c’était ce que j’attendais de ce deuxième tome. Le premier m’avait convaincu de part son originalité, avec le thème des mariages arrangés, mais ce second, tourné vers la romance triste, et sur l’apitoiement d’Ivy sur elle-même, ne m’a tout simplement pas convaincu. Et la répartition de l’histoire m’a semblé loufoque. Alors que le premier 3/4 du roman me semblait beaucoup trop long pour ce qu’il raconte, le dernier 1/4 était bien trop court.

Amy Engel

En bref, j’ai été déçu par l’environnement d’Ivy et son caractère de princesse qui ne fait que s’apitoyer sur elle-même, ainsi que sur le développement de l’histoire. Encore une fois, je pense être tout simplement trop âgée pour lire ce genre d’histoires, ou alors trop habituée à en lire des bonnes avec des héroïnes cohérentes et déterminées, mais surtout des mondes post-apocalyptiques complets et plausibles ? Tout cela m’a manqué dans ce deuxième tome, et c’est ce qui me déçoit un peu de cette suite. Un roman à ranger et ne plus sortir, dommage que cela se répercute sur un très bon premier tome.

The book of Ivy Amy Engel

Chronique du Tome 1

Ludo

La chronique de Ludo

Publicités

7 réflexions sur “The Book of Ivy T.2 : The Revolution of Ivy d’Amy Engel

  1. Pingback: Chronique : The revolution of Ivy – Amy Engel. – Prends un livre, et détends-toi…

  2. Pingback: Bilan #19 : Janvier 2016 | Sorbet-Kiwi

  3. Pingback: IMM #67 : 21 au 27 Décembre 2015 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s