Paradise Kiss de Ai Yazawa

Bonjour à tous !

Je connaissais Ai Yazawa de nom uniquement, et je me suis dis que c’est le moment de découvrir cette auteure puisque ce manga était en intégralité à la médiathèque. Suis-je convaincue par cette auteure de renom ? Je vous dis ça tout de suite !

La très sérieuse lycéenne Yukari n’a qu’une obsession: réussir son entrée à l’université. Son assiduité aux études n’a d’égale que sa phobie excessive des gens. Aussi, quand un garçon tente de l’aborder, puis qu’un travesti lui barre la route, elle s’effraie au point qu’elle s’évanouit! Lorsqu’elle se réveille au « Paradise Kiss », une sorte de bar tenant lieu d’atelier de couture, elle apprend que ses « agresseurs » sont des étudiants d’une école de mode qui travaillent à leur création de fin d’année. Isabella, le travesti, Arashi, le garçon, et Miwako, sa copine, s’activent à réaliser une robe dessinée par leur ami Georges. En raison de sa taille et de sa minceur, Yukari est pour eux le mannequin idéal pour présenter ce modèle. Quels sacrifices devra-t-elle faire pour entrer dans ce monde bizarre qui l’attire pourtant ?

paradise kiss 1

L’univers de Paradise Kiss est le monde de la mode, qui est un sujet dont je n’ai pas du tout l’habitude. Même si le dessin n’est pas particulier, tous les accessoires de mode tels que les robes, les bijoux, les coiffures et le maquillage étaient très détaillés. Cela rend la lecture graphique agréable puisque nos yeux accrochent sur certains éléments bien définis.

En tant que shojo qui se respecte, il y a un aspect très romantique à ce manga. C’est l’histoire d’un groupe d’adolescents de 18 ans, en terminale, la sexualité est donc quelque chose d’important pour eux, et une thématique récurrente, mais aussi l’amour plus globalement. De qui sont-ils amoureux ? Quels efforts faut-il faire pour l’amour et quels sacrifices ? L’identité est aussi très central, puisque Yukari va devoir se chercher pour se trouver. Elle n’a aucune idée de ce qu’elle veut faire dans la vie, de ce qu’elle désire et vers quel objectif tendre. Je pense que ce manga est vraiment top pour les adolescents qui se posent des questions sur leur avenir, car ils peuvent rès facilement s’y identifier. Mais c’est aussi chouette pour les adultes, notamment les mamans, puisqu’on peut alors se remémorer les difficultés auxquelles nos adolescents doivent faire face à cet âge là.

Paradise Kiss 1 - Page 45

Ce que j’ai beaucoup aimé, c’est la relation de Yukari avec sa mère dans les 5 tomes. Sa maman est très sévère et lui demande de se comporter en adulte depuis toujours, de voir vers l’avenir, vers une faculté qui va lui apporter un bon diplôme pour un bon métier. Mais d’un autre côté, elle ne lui laisse pas la parole, ne lui laisse pas de choix, ce qui fait que Yukari est tout le contraire d’une adulte. L’éducation de sa mère est assez noble, mais manque totalement de cohérence, ce qui entraîne finalement les doutes de sa fille et va nuire à son éducation. Et toutes les relations entre les personnages sont profondes psychologiquement selon ce modèle. Quelles erreurs ont fait en oubliant que l’autre, en face, est lui aussi un individu.

J’ai vraiment adoré ce manga, bien plus profond que ce à quoi je m’attendais. Si le sujet de base semble léger, puisqu’il s’agit de l’univers de la mode, on décortique pourtant les problèmes liés à l’adolescence et à l’éducation, le point central étant la relation aux autres. On s’attache et on s’identifie à Yukari et ses amis, et la fin ouvre une belle porte de réponses aux adolescents lecteurs de ce manga.

14 réflexions sur “Paradise Kiss de Ai Yazawa

  1. Le manga par lequel je suis entrée dans l’univers d’Ai Yazawa. Je suis d’accord à 100% avec ta critique! Les relations humaines sont au coeur de ce manga, et rien n’est simple. Moi aussi, ce qui m’avait marqué, c’est la relation fille-mère, et aussi le côté papillon qui sort de sa crysalide, qui se révèle enfin.

      • Ahahaha mais pourquoi??? Nana c’est pareil, sauf que c’est le monde de la musique qui est a l’honneur, et que les protagonistes sont legerement plus ages (la petite vingtaine).

      • C’est vrai… Mais c’est son oeuvre la plus aboutie en même temps. Tu pourrais lire juste le premier, il se suffit à lui même en fait (je tente de convertir tout le monde à ma religion nanaesque!).

      • Je vois ca 😛 J’en ai quelques un a la maison en plus, parce que je les ai acheté sur un marché aux puces, mais commencer vraiment une série aussi longue pour ne jamais la finir, je trouve ca un peu dommage. Après, la pauvre auteure, j’ai cru comprendre qu’elle a des problemes de santé :S

  2. Pingback: Bilan #16 : Octobre 2015 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.