Fullmetal Alchemist, édition reliée Vol.13 (T.26 et 27) de Hiromu Arakawa

Bonjour à tous !

C’est les yeux mouillés que je vous écris cette chronique, qui signifie la fin des aventures d’Edward et d’Alphonse. Cela fait 3 ans que j’attends les sorties de l’édition reliée, et même si je savais comment tout cela allait finir, je n’ai pas pu m’empêcher de pleurer à plusieurs reprises. Ils me manquent déjà.

Les hostilités sont engagées à Central City ! Les troupes de Briggs sont lancées dans une lutte sans merci pour le contrôle du quartier général alors qu’Edward Elric et le colonel Mustang s’enfoncent de plus en plus profondément dans le repère du mystérieux Père. Le combat est loin d’être gagné car les Homonculus sont prêts à tout sacrifier pour mener à bien leur terrible plan. Après tant de combats, de joie et de larmes, le jour promis est enfin arrivé. Alors qu’ils jettent leurs dernières forces dans la bataille, Edward, Alphonse et leur maître Izumi Curtis sont rattrapés par leur destin. Ayant transgressé le tabou absolu de l’alchimie en tentant de faire revivre un être disparu, ils vont devoir assumer leurs erreurs passées et faire face au plus terrifiant des adversaires.

Il est difficile de faire une chronique de conclusion d’une série que je chérie tant, sans spoiler quoi que ce soit. Est-ce que je pleure de joie ou de peine ? En tous cas, je suis terriblement émue, par tous les évnénements qui se passent à Central City. Chacun tire sa révérence (ou pas) à sa facon, et tire une conclusion sur l’histoire.

Les combats sont engagés, et on ne nous laisse toujours pas vraiment de répis, il n’y a plus vraiment de révélations à faire. Tout ce qui compte, c’est de savoir qui va gagner. Mais surtout par quels moyens. Comme souvent dans les shonen, l’amitié à une place très importante dans la réfléxion de l’auteur, mais la famille est aussi un thème qui ressort plus particulièrement dans celui-ci.

Ce treizième tome est une conclusion parfaite à toute l’histoire, émouvant au possible, sans manquer d’action et d’humour, comme on l’attend d’une maître du manga telle qu’Arakawa. Les moyens qu’Edward met en oeuvre m’ont encore une fois surprise, et je trouvais l’ensemble totalement cohérant et génial

La série Fullmetal Alchemist est une série que je compte chérir longtemps et relire de temps en temps, alors que ce n’est pas mon genre. Elle est drôle et sérieuse à la fois, alliant humour et réfléxion sur la vie, sur la famille, sur l’amitié et sur les valeurs que nous souhaitont véhiculer en tant qu’humains. L’édition reliée vaut la peine d’être achetée, d’un point de vue financier d’une part, puisque cela permet d’acquérir la série complète a 130€, ce qui n’est pas négligeable, pour 27 tomes originaux parus. Mais elle l’est aussi d’un point de vue esthétique, puisque, personellement, je préfère les couvertures de celle-ci aux premières. Une série coup de coeur pour ma part.

 

Chronique des volumes 1 à 3, 4 à 6 et 7 à 9, 10 à 12.

manga show

9 réflexions sur “Fullmetal Alchemist, édition reliée Vol.13 (T.26 et 27) de Hiromu Arakawa

  1. Pingback: IMM #59 : 14 au 20 Septembre 2015 | Sorbet-Kiwi

  2. Pingback: Bilan #15 : Septembre 2015 | Sorbet-Kiwi

  3. Pingback: Silver Spoon, la cuillère d’argent T.1 à T.5 de Hiromu Arakawa | Sorbet-Kiwi

  4. Pingback: Nintendo Book Tag | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.