Millénium T.4 : Ce qui ne me tue pas de David Lagercrantz

Bonjour à tous !

Pour cette rentrée littéraire, j’ai choisi un seul roman dans tout le lot. Je voulais pouvoir me focaliser dessus et ne pas craquer mon porte-feuille. Etant donné que j’avais déjà adoré les trois premiers tomes de la saga, j’ai été très curieuse de pouvoir découvrir celui-ci, puisque l’auteur n’est pas le même. Et je ne regrette absolument pas.

Quand Mikael Blomkvist reçoit un appel d’un chercheur de pointe dans le domaine de l’intelligence artificielle qui affirme détenir des informations sensibles sur les services de renseignement américains, il se dit qu’il tient le scoop qu’il attendait pour relancer la revue Millénium et sa carrière. Au même moment, une hackeuse de génie tente de pénétrer les serveurs de la NSA…
Dix ans après la publication en Suède du premier volume, la saga Millénium continue.

millenium 4

Je dois dire que j’appréhendais un peu ce roman. Un nouvel auteur qui reprend le filon d’une série déjà commencé, ce n’est vraiment pas facile. Et pourtant je dois dire que c’est totalement réussi. Avant tout, je dois dire que j’ai préféré le thème de base du roman, qui est vraiment basé sur l’informatique pour le coup, le hacking, l’intelligence artificielle, l’espionnage du particulier par la NSA. On est vraiment plongé dans un univers de savant, ce qui diverge déjà avec la trilogie de base, mais ce n’était vraiment pas pour me déplaire. Ce côté actuel, qui nous préoccupe tous, est vraiment intéressant, mais aussi adéquat. En effet, Lisbeth est une génie, cela lui correspond donc très bien.

Et pourtant, on retrouve aussi les conspirations auxquelles nous avait habitué Larsson, les intrigues familiales auxquelles on a eu droit dés le premier tome, aux problèmes financiers de Millenium, à la paranoïa ambiante. L’intelligence artificielle et ses dangers est un sujet très pointilleux, et difficilement abordable je trouve, et pourtant il si’intègre dans ce thriller à la perfection.

Citation Millenium 4

On a également droit à de nouveaux personnages, ce qui va de soi, puisque quelques années se sont écoulées depuis l’affaire Zala. Et forcément, dans un univers où Lisbeth craque les données de la NSA, il doit y avoir des génies. C’est ainsi qu’on découvre un chercheur qui met au point l’intelligence artificielle, son fils, August, qui est un autiste savant, mais aussi le chef de la sécurité de la NSA, qui est un white hat, ce qui va de soi. Et les white hats comme eux ont des ennemis, tout comme dans la vraie vie, qui sont les black hats, les méchants hackers. C’est ainsi qu’on en apprend de plus en plus sur Lisbeth, bien que ce soit au compte gouttes, et sur un nouvel ennemi.

Je pourrais encore m’étendre pendant des heures sur le sujet, ce que j’ai fais avec mon copain d’ailleurs, mais pour le coup, je vais m’arrêter là. En disant que cette suite est mémorable, et que j’espère avoir bientôt le 5e tome en main. J’ai préféré l’écriture de Lagercrantz, que je trouvais un plus fluide, plus accessible peut-être, et que j’ai autant aimé le thème de ce tome aux thèmes des premiers. Un roman qui emprunte l’actualité aux profits d’un très bon thriller psychologique.

millenium1

Chronique du T.1

MilleniumII

Chronique du T.2

reine millenium larsson

Chronique du T.3

Publicités

10 réflexions sur “Millénium T.4 : Ce qui ne me tue pas de David Lagercrantz

  1. Pingback: IMM #57 : 31 août au 6 Septembre 2015 | Sorbet-Kiwi

  2. Pingback: Challenge : 1 mois/1 consigne | Sorbet-Kiwi

  3. Pingback: Bilan #15 : Septembre 2015 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s