Le fou du PDG d’Alfred Neysson

Bonjour a tous !

Fin décembre, l’auteur de ce roman, Alfred Neysson, m’a contacté afin que je le lise et que j’en écrive une chronique. J’ai accepté avec plaisir, mais en prévenant que je n’allais pas trop avoir le temps, et que cela allait donc durer un peu. Je me suis prise en main en ce début de mois de mars, je l’ai lu, et je ne regrette pas ! Ce n’est de loin pas un coup de cœur, mais il est vraiment bien.

Julien Malart, un jeune informaticien au bas de l’échelle, devient conseiller du PDG d’une multinationale agroalimentaire, sur fond de scandale de petits pots pour bébé contaminés aux pesticides. Le jeune homme est à son insu le jouet d’une expérience de management visant à faire de lui « LE FOU DU PDG ». Sa mission : apporter le changement dans une grande entreprise qui traverse une crise majeure. Ignorant tout de la gestion d’une grande compagnie, Julien est coaché par un professeur de management et son assistante. Ils vont alors expérimenter la théorie du chaos appliquée au monde des entreprises. Le jeune geek, dépassant ses propres faiblesses, va progressivement prendre confiance et bousculer le système. Mais des forces qui le dépassent vont s’opposer à lui. Il devra alors assumer ses errements passés exposés au grand jour, et traverser des épreuves qu’il ne soupçonnait pas… « Tout ce que vous n’apprendrez jamais à HEC » Vous allez rire et vous émouvoir en lisant ce roman satirique, qui livre une vision mordante de l’entreprise et des organisations. Dans la lignée de 99 Francs, de Dilbert, de l’imprécateur, des temps modernes, cette histoire utilise avec bonheur la parodie pour mettre en scène les déboires de l’homme moderne.

Le fou du PDG Alfred Neysson

 

Il y a des aspects de ce roman que j’ai beaucoup apprécié, et d’autres un peu moins. Je vais commencer par le négatif, comme ça, c’est fait. Il y a en fait trois petits points qui m’ont dérangés. Le premier est purement technique, je pense que c’est un oubli que j’ai tout de même souligné 2 ou 3 fois, parce que cela m’a perturbé l’espace de quelques secondes : de temps en temps, les noms sont échangés, par mégarde, je suppose. On comprend vite que ce n’était pas intentionnel, puisque le personnage nommé n’est pas du tout présent à ce moment là, mais sur le coup, on mouline un peu.

Le deuxième point, c’est l’appellation « jeune geek », assez répétitive. A mes yeux, Julien n’en est pas un. Parce que s’il est un geek, j’en suis une aussi, juste parce que je tiens un blog, dont je m’occupe à raison de plusieurs heures par jour, et que je joue à la console et au PC. J’ai fais une licence en information qui a inclus de l’informatique, je pourrais donc être embauchée à un poste comme le sien chez GEAL, son premier poste dont il est renvoyé. Mais je n’ai rien d’une geek pour autant, parce qu’alors toute notre génération l’est, à mon sens. Je considère que mon petit frère de 11 ans, qui code des serveurs Minecraft, est, lui, un jeune geek. Parce qu’en plus, Julien a plus de trente ans… Je ne le considère pas comme étant vieux, mais il n’a plus rien d’un « jeune », si geek il est. Et cette appellation pour le jeune cadre, à la limite, puisque c’est ce qu’il devient, est reprise tout le temps, au point que cela m’agaçait un peu, je l’avoue.

Le dernier point, que j’ai trouvé lourd cette fois, était le passe temps de Julien. Il est administrateur d’un site internet qui s’appelle BeBow.com. Jusque là, tout va bien. Il y met en ligne des photos ou des vidéos de femmes toutes nues, ou relayent des photos de femmes qui se mettent en lien avec lui pour se faire de la publicité. Le point commun de ces femmes : leur poitrine voluptueuse. Un peu comme le Vendredi on se relâche de Spi0n par exemple. Mais, le problème, c’est que Julien récolte la plupart des photos en faisant un petit saut à la Côte d’Azur et prend photos et vidéos à l’insu des femmes qui vont se retrouvées (visages coupés) sur internet. Pour ma part c’est un atteinte à la disposition de son corps. Ce n’est pas parce que je me promène toute nue sur la plage que j’ai envie de me retrouver sur le net. Bref. Régulièrement, dans le livre, Julien « matte » les nanas, et se les imagine sur son site. Une fois, deux fois, au bout de la troisième j’avais envie de le gifler. Je ne suis pas naïve, je sais qu’un regard sur le décolleté est régulier, mais cela me gênait vraiment au bout d’un moment. Surtout que ce n’est pas le sujet du roman !

Le fou du PDG citation

Parce que le sujet, et on en vient aux points positifs, est la gestion d’une entreprise et de sa fiscalité. Du management donc. Et j’ai adoré cet aspect là ! Pourtant, je n’ai rien à faire dans la gestion d’entreprise, même si j’en suis un maillon, bien sûr. Ce que j’ai vraiment apprécié, c’est que tout est expliqué. J’avais l’impression de lire une thèse romancée ! Et au final, Martine, l’assistante, aurait pu écrire ce roman. L’évolution du fou, mais aussi des autres membres du CA de GEAL, on suit vraiment le développement de toutes ces personnes. Un gros point pour cela, parce que finalement, l’évolution de Julien, en dehors de ces activités extra-professionnels, m’a vraiment fasciné. J’étais scotché au roman, je l’avoue.

L’autre point que j’ai vraiment apprécié, et que j’aimerais avoir l’occasion de lire plus souvent, c’est la fin non-ouverte. Chaque personnage a sa conclusion propre, et on sait vraiment comment ils ont évolué du coup. Ils sont parties d’un point A, pour arriver à un point B. Et c’était agréable à lire, comme une thèse donc. Chaque point doit avoir sa conclusion. Et c’est le cas. J’ai même été très agréablement surprise de la fin je dois dire, je ne m’y attendais qu’un peu, et ce depuis le 3/4 je dirais, parce que les indices sont donnés. Donc vraiment top cette fin, qui permet de passer à une prochaine lecture sans aucun problème.

En bref, j’ai bien aimé cette lecture, pour son aspect philosophie romancée. Mais il y a certains points avec lesquels j’ai eu un peu de mal. Je vous le conseille si vous vous intéressé aux management d’entreprise, parce que c’est vraiment intéressant, mais les féministes chevronnées devraient s’abstenir au risque de détruire leur tablette. Pourtant je trouve que ce roman ferait une très bonne lecture en licence, où il y a des cours de management !

Publicités

8 réflexions sur “Le fou du PDG d’Alfred Neysson

  1. Pingback: Challenge : A…Z 2015 | Sorbet-Kiwi

  2. Pingback: Le challenge des 170 idées | Sorbet-Kiwi

  3. Merci Stéphanie pour ce commentaire. Ravi que vous ayez aimé l’histoire. LE FOU DU PDG est un roman « subversif », et c’est vrai que certains thèmes peuvent choquer ou déranger, comme le passe-temps peu recommandable du personnage principal. J’utilise cette « passion » du personnage principal dans l’histoire, car elle sert un certain nombre d’événements dramatiques de l’histoire, ainsi que dans la caractérisation du personnage principal. Cela permet aussi de montrer l’hypocrisie de certains autres protagonistes du roman. Et puis , en aucun cas ce roman ne cautionne les passions de Julien, qui n’est qu’un personnage !
    Bien à vous. Alfred Neysson

  4. Je n’aime pas trop la couverture, mais ce que tu écris sur le sujet m’intrigue suffisamment pour me donner envie de le découvrir 😉 comme toi en revanche, je suis certaine que le passage des femmes nues photographiées sur la plage me révolterait… X_X

    • C’est vrai que la couverture n’est pas très attirante. Elle fait un peu cheap, mais bon, je pense qu’il faut avoir les moyens pour en faire une bonne.
      Oui, le caractère du personnage est très…. sujet à controverse xD Mais le bouquin est vraiment intéressant !

  5. Pingback: Tag : Avez-vous déjà lu… | Sorbet-Kiwi

  6. Pingback: Bilan #9 : Mars 2015 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.