La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette : Millenium 2 de Stieg Larsson

Bonjour à tous !

Méfiez-vous, étant donné que ce livre est la suite de Les hommes qui n’aimaient pas les femmes, je risque de devoir spoiler quelques éléments du premier tome. Je n’ai pas autant accroché a celui-ci, mais il reste tout de même très bon, et toujours aussi tiré par les cheveux, mais cohérent.

Tandis que Lisbeth Salander coule des jours supposés paisibles aux Caraïbes, Mikael Blomkvist, réhabilité et victorieux, est prêt à lancer un numéro spécial de Millénium sur un thème brûlant pour des gens haut placés : une sombre histoire de prostituées exportées des pays de l’Est. Mikael aimerait surtout revoir Lisbeth. Il la retrouve sur son chemin, mais pas vraiment comme prévu : un soir, dans une rue de Stockholm, il la voit échapper de peu à une agression manifestement très planifiée. Enquêter sur des sujets qui fâchent mafieux et politiciens n’est pas recommandé à de jeunes journalistes amoureux de la vie. Deux meurtres se succèdent, les victimes enquêtaient pour Millénium. Pire que tout, la police et les médias vont bientôt traquer Lisbeth, coupable toute désignée et qu’on a vite fait de qualifier de tueuse en série au passé psychologique lourdement chargé.

MilleniumII

Ce tome est intéressant dans la façon d’être rédigé, plus particulièrement dans la disposition des chapitres. Tout d’abord, on passe du temps avec Lisbeth, sur une île des Caraïbes, ou elle ne semble pas s’ennuyer. Puis elle revient en Suède, et on la perd totalement. On suit une enquête policière sur un double meurtre, dont elle est la principale suspecte. Mais étant donné qu’on ne sait plus rien sur elle depuis son retour en Suède, ce qu’elle a fait le soir du meurtre, on se retrouve comme Mikeal. On la pense innocente, mais en même temps, on se doute bien qu’elle serait capable de tuer de sang froid quelqu’un, surtout son tuteur. Il n’y a qu’à la fin, alors même qu’on redécouvre Lisbeth, qu’on se rend compte de la situation et que tout est élucidé.

Le premier livre de la trilogie se concentre assez spécifiquement sur Mikael. Libseth a une place de choix, mais à mes yeux Mikael restait le protagoniste principal. Alors que dans ce volume, c’est Lisbeth qui est centrale, et surtout sa vie privée. On apprend tout d’elle, et c’est ce qui est étrange, parce que c’est justement ce qu’elle tente de préserver le plus. On se rend surtout compte qu’elle a un certain nombre d’ennemis, tous des hommes machistes et irrespectueux, ce qui semble logique.

millenium2

Ce que j’admire chez l’auteur, c’est qu’il savait vraiment inventé des situations farfelues sans se perdre dedans. Tout est logique, mais il faut être patient pour dénouer les fils de l’histoire. Certaines questions sont déjà posées dans le premier tome de la série, et on n’y répond que maintenant. Parfois il y en a tellement qu’on est étonné lorsque la réponse se présente à nous !

Il y a des livres que l’on peut lire sans avoir lu les précédents, mais là, c’est impossible. La relation que Lisbeth entretien avec Mikael est trop essentielle à l’histoire, et surtout les raisons de sa confiance en elle ne sont explicables que par Les hommes qui n’aimaient pas les femmes. Sa relation avec Bjurman, puisqu’elle est le déclencheur de tout ce qui va suivre dans l’histoire, et qu’elle va être très importante dans le cadre de l’enquête policière, mais cela seul le lecteur le sait, ce qui fait de nous un témoin. Et personnellement, j’aime bien cette place, parce qu’elle me permet de réfléchir. Parfois je me dis que le protagoniste est bien bête, que la réponse est simple, jusqu’à ce que je me souvienne qu’il n’est pas au courant de ce petit détail qui change tout.

La fin est à un moment spécifique. Si on est un minimum curieux, on ne peut pas s’arrêter là, et on commence le prochain tome. Mais en même temps on peut s’arrêter là, et profiter d’une fin ouverte. Ce qui n’est pas du tout mon cas, je vais donc aller ouvrir le dernier livre de la trilogie !

Publicités

3 réflexions sur “La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette : Millenium 2 de Stieg Larsson

  1. Pingback: La Reine dans le palais des courants d’air : Millénium 3 de Stieg Larsson | Sorbet-Kiwi

  2. Pingback: Millénium T.4 : Ce qui ne me tue pas de David Lagercrantz | Sorbet-Kiwi

  3. Pingback: Millénium T.5 : La fille qui rendait coup pour coup de David Lagercrantz | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.