Jusqu’à ce que la mort nous unisse de Karine Giebel

Bonsoir a tous !

Première chronique de la semaine, je suis désolée. Mais ce roman m’a tenue en haleine jusqu’au bout, et je ne voulais rien lire d’autre pour ne pas en sortir.

Nous suivons Vincent, guide de haute-montagne des Alpes de Haute-Provence, aux alentours de Colmars. Depuis que sa femme a disparu, le quittant pour un autre, il ne vit plus que pour la montagne. Il se laisse allez dans les bras d’autres femmes, mais toujours pour une nuit, peut-être deux. Servane est une jeune recrue de la gendarmerie, alsacienne, et avide d’apprendre. Elle va donc contacter Vincent pour lui montrer la région. Jusqu’à ce que la mort frappe a leur porte et les unissent… Accident ? Meurtre ? Le guide et la gendarme doivent savoir.

jusqua-ce-que-la-mort-nous-unisse

 

J’ai adoré ce roman. J’ai été très surprise au début. Apres avoir lu Les morsures de l’ombre, je m’attendais a un livre a la Chattam pour être franche. Et puis non. J’avais l’impression de regarder un très bon télé-film ! (Si, je vous assure, ça existe !). L’écriture est intense et précise, mais sans être lourde pour autant. Notre esprit accumule les informations avec légèreté, et il est donc possible de voir défiler les images. C’est ce qui m’a le plus marqué.

Au niveau de l’histoire, je n’ai pas été déçue, même si je m’attendais a du sanglant. Il y a des morts, des menaces, une enquête, et c’est un très bon roman policier. Comme lorsque l’on cherche a gravir une montagne, l’histoire prend de l’ampleur, doucement. Puis a la fin, on est hors d’haleine, essoufflés, on n’en peut plus. Mais la vue est si splendide que l’on en voudrait toujours plus. Mais cette ascension laisse des traces, et des blessures. C’est exactement l’effet que m’a fait ce roman.

Colmars, PACA

Colmars, PACA

La fin, parce qu’il faut toujours parler de la fin… Je ne pouvais m’attendre a mieux. Jusqu’au dernier moment, on en apprend plus sur les personnages. On ressent cet infini qu’est l’esprit humain, et tous les secrets qu’il renferme. Que l’on garde pour soi, bien enfoui au profond de son âme, sans vouloir, sans pouvoir les partager. Les personnages de Karine Giebel sont humains et nous semble réels. Elle nous donne cette impression qu’il suffit de prendre place dans un pick-up pour pouvoir les rejoindre. Et elle ne prend pas de pincettes. Ce n’est pas une de ces fins écrite pour faire plaisir au lecteur. C’est celle qui semble la plus réelle au bout du compte. Mais qu’elle est-elle ?

Ce livre m’a convaincu que l’auteure excelle dans ce genre, et elle me donne envie d’en lire un troisième, sans hésitations, sans avoir peur d’être déçue. C’est une lecture intense, mais que je conseille a tout le monde ! Meme ceux qui n’aiment pas trop les romans policiers y trouveront leur compte. J’ai lu ce roman policier dans le cadre du challenge Un peu d’océan sur mon roman, réalisé en partenariat avec Juliette du blog Je lis et je raconte.

6 réflexions sur “Jusqu’à ce que la mort nous unisse de Karine Giebel

  1. Pingback: Challenge "Un peu d’océan sur mon roman" | Sorbet-Kiwi

  2. Pingback: Challenge #2 "Un peu d’océan sur mon roman" | Bienvenue à vous, petits curieux !

  3. Pingback: Throwback Thursday Livresque #48 | Sorbet-Kiwi

Et si vous nous donniez votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.